Les dessous des contes de fées

Place à la magie! Arte dédie son samedi aux contes de fées. Et la RTBF embraie avec du Harry Potter.

Sur la route des contes de fées Arte
Diffusion le samedi 19 décembre à 20h50 sur Arte

«Il était une fois…» des écrivains qui racontaient des histoires extraordinaires aux enfants et faisaient rêver ou réfléchir les adultes. Les conteurs ont construit l’imaginaire collectif et méritent leur place dans les anthologies. C’est tout le propos de cette soirée d’Arte, qui va s’arrêter sur deux d’entre eux et les sortir de l’imagerie Disney qui s’accroche au genre.

La soirée commence avec l’un des plus particuliers: le Danois Hans Christian Andersen. Son nom reste attaché à une magie sombre, souvent tragique. La petite sirène, comme les histoires d’amour en général, finit mal. La reine des neiges est méchante, dans son Palais du Nord et a capturé un petit garçon. Ne parlons pas des méchants Chaussons rouges ou du destin terrible de La petite fille aux allumettes, qui valut tant de crises de larmes avant d’aller dormir. Ce vilain petit canard des lettres a vu ses récits refusés par tous les éditeurs. Si ses Contes ont remporté un succès mondial, ses autres écrits n’ont jamais trouvé leur public. Le documentaire passionnant nous retrace une vie de roman, teintée de folie et de mélancolie.

J.K.Rowling, Selma Legerlöf, place aux femmes

On enchaînera absolument sur une autre figure la Suédoise Selma Lagerlöf, première femme Nobel de Littérature en 1909 et surtout auteure du Merveilleux voyage de Nils Holfersson à travers la Suède. Il est grand temps de remettre à l’honneur aussi bien sa vie que son œuvre, ce roman national qui nous a emmenés à l’aventure à dos d’oies sauvages. Anticonformiste, libre comme son héros, cette institutrice a refusé le mariage et vécu, autonome, émancipée, avec des femmes. A voir, absolument, tout comme le reste des programmes de la journée, qui passent de la route des contes de fées allemande (joli reportage à 17h25) au bestiaire du seigneur des Anneaux (pour clôturer la soirée).

Chez nous, la RTBF suit la tendance et nous montre un visage moins connu d’Harry Potter: ses références et son lien avec l’imaginaire fantastique. La pierre philosophale, le phénix, les parchemins de sorts ne sortent pas de l’imagination de J.K. Rowling. Ils s’inscrivent dans une longue tradition, que mettait en avant l’exposition Harry Potter, une histoire de la magie à British Library de Londres. On en suit la visite, accompagnée par J.K. elle-même, ainsi que des acteurs des films.

Notons encore sur La Première, le décryptage quotidien des contes célèbre de Jean-Louis Lahaye, qui a bien lu sa Psychanalyse des contes de fées de Bettelheim et nous a franchement passionnés (L’histoire surprenante des contes de fées, tous les jours durant les fêtes, entre 11h30 et 12h***). Les fées se sont penchées sur ces fêtes. Puissent-elles rester au-dessus du berceau de 2021.

Plus d'actualité