Boeing, un avion en chute libre

Alors que le Boeing 737 Max s'apprête à reprendre son envol, retour sur ses heures sombres dans Doc Shot sur La Une

Doc Shot La chute du Boeing RTBF
Diffusion le 10 décembre à 22h05 sur La Une

 

L’agence européenne de la sécurité aérienne est formelle: le Boeing 737 MAX a réussi ses examens et, dès lors, il est prêt à être remis en service d’ici janvier. La firme irlandaise Ryanair sera la compagnie européenne la mieux armée, avec pas moins de 135 appareils commandés. Toutefois, ce bon vieux Michael O’Leary a déjà prévenu: ceux qui ne veulent pas monter à bord auront le droit de récupérer leur bagage et même d’être remboursés.

Il faut dire que l’engin en question traîne une funèbre réputation, comme le rappelle ce numéro de Doc Shot qui rappelle pourquoi le dernier fleuron du constructeur américain, présenté comme l’avenir du transport aérien commercial, a failli rester cloué sur le tarmac pour l’éternité. Première phase du désastre (a priori) annoncé: le vol Lion Air du 29 octobre 2018, à peine 13 minutes après son décollage, plonge dans la mer de Java et emporte avec lui les 189 personnes qui se trouvaient à son bord. Deuxième phase: cinq mois plus tard, soit le 10 mars 2019, un avion estampillé Ethiopian Airlines se crashe avec 157 passagers, 6 minutes après avoir pris son envol depuis l’aéroport d’Addis-Abeba.

Suite à cette double catastrophe, les experts qualifient le modèle de “défectueux et dangereux” – un enfant de 4 ans aurait pu faire le diagnostic. Dans les semaines qui suivent, c’est toute l’entreprise Boeing qui entame une longue descente aux enfers. Accusée de mensonges et de négligences, elle va connaître les heures les plus noires de son histoire et se retrouver en grande difficulté financière. Doit-elle s’en prendre à elle-même, et rien qu’à elle-même? Quelles défaillances techniques ont causé autant de dégâts en si peu de temps? Ce sont des spécialistes qui répondent, puisque la vérité, elle, ne tombe pas du ciel.

Plus d'actualité