Les enfants de la collaboration: mômes de la honte

Soirée-événement sur la RTBF, puisque La Une diffuse un documentaire de guerre aussi inédit que passionnant. Celui-ci sera suivi d’un débat mené par Sacha Daout, dans le cadre d’un numéro spécial d’À votre avis.

Les enfants de la collaboration RTBF
Diffusion : le 25 novembre sur La Une à 20h28

Valeur sûre du petit écran, au point même d’en être le socle de plusieurs chaînes thématiques (Histoire TV, Toute l’Histoire…) depuis le milieu des années nonante, le documentaire de guerre reste plus que jamais apprécié des téléspectateurs. Et ce n’est pas la diffusion de ces Enfants de la collaboration – à un moment où beaucoup de Belges francophones seront à la maison – qui risque d’inverser la tendance.

D’autant que ce documentaire évoque un thème aussi inhabituel que délicat: celui de la collaboration belge au régime nazi au moment de la deuxième guerre mondiale, à travers les témoignages de leurs descendants. Adapté d’une série documentaire qui a rencontré un franc succès en Flandres en 2017, ce film d’une heure trente a été confié à Tristan Bourlard, un réalisateur rodé aux documentaires historiques et scientifiques. Pour l’aider dans sa recherche de témoins, celui-ci a été aidé par notre consœur Anne-Cécile Huwart. “C’était compliqué de convaincre des gens de parler de ce sujet tabou. Et plus encore, de les faire témoigner à visage découvert”, indique-t-elle. “Puis, d’autres étaient d’accord …mais pas leurs proches! On a donc essuyé beaucoup de refus, pour tout de même trouver sept témoins au final, dont une seule femme. Ce qui est chouette, c’est qu’ils sont représentatifs de différents milieux: économique, intellectuel, militaire…Je leur ai montré le film terminé, ils étaient contents de s’y retrouver. Car évidemment, ils ne sont pas responsables des actes de leurs parents.

Étalé entre février 2019 et janvier dernier, soit pendant près d’un an, ce travail d’investigation (parfois de fourmi) a permis de recueillir des confidences saisissantes et émouvantes. Parmi les interviewés, le plus emblématique est le petit-fils de Léon Degrelle, fondateur du mouvement Rex et triste symbole de la collaboration belge avec l’occupant. “Il est spécialement revenu d’Espagne pour être filmé. J’espère qu’on fera une belle audience. Car l’envie était de faire un film grand public qui parle à tout le monde, en employant ce point de vue humain, tout en démontrant les conséquences des guerres sur plusieurs années et même plusieurs générations. En tout cas, j’ai fait voir le film à mon fils de 15 ans et à quelques adolescents autour de moi: ils ont tout regardé sans consulter leur téléphone, alors qu’ils ne connaissaient pratiquement rien du sujet”.

Quant à savoir si ce film a donné des envies de suite, Anne-Cécile Huwart réagit. “Oui, on aimerait continuer en faisant Les Enfants de la résistance. C’est l’idée, en tout cas!” À noter qu’au terme de la diffusion du film, Sacha Daout animera un débat autour de la question de la montée de l’extrême droite, avec le retour des discours populistes. “Et pour ceux qui voudraient des informations en plus, trois bonus de vingt minutes seront disponibles sur internet, via RTBF Auvio”, conclut-elle.

télé

Plus d'actualité