Meurtre à la pointe du Raz ou la légende de l’Ankou

Ce soir sur La Une, un nouveau Meurtre à... nous plonge au cœur du Finistère

Meurtre à la pointe du Raz RTBF

Tout le monde la connaissait, Élise. Célibataire endurcie, nounou de plusieurs générations d’enfants du coin et surtout fervente catholique. Ses croyances allaient même plus loin puisque la septuagénaire évoquait régulièrement ses craintes de croiser l’Ankou, le serviteur de la mort, selon une légende bretonne. Quelques jours avant la découverte de son corps en contrebas des falaises de la Pointe du Raz, Élise avait d’ailleurs confié au prêtre avoir entendu la charrette de l’Ankou se promener près de sa maison.

Quoi qu’il en soit, la piste du suicide est rapidement écartée lorsque les spécialistes détectent que du sang a été nettoyé à l’endroit où la victime a abandonné son vélo, en haut des falaises. Pour mener l’enquête, le capitaine Jérémy Meyer se voit rapidement adjoindre l’aide de Marie Leroy. Au domicile d’Élise, ils découvrent une lettre de menace anonyme et l’inscription « Nemini parco » (“Je n’épargne personne”, la devise de l’Ankou) sur un mur de la cave. Pris par l’importance de l’affaire, Jérémy postpose la préparation de son mariage, qui devient du même coup menacé. Surtout qu’il se rend rapidement compte qu’un des personnages clés de l’affaire, le menuisier Valandier, sort avec son ex-compagne Justine, restée amoureuse de lui.

Tourné dans le Finistère avant et après le confinement du printemps, ce nouvel opus de la collection Meurtres à… vaut surtout pour les références à la légende locale et la qualité de l’environnement naturel. C’est la deuxième fois que David Kammenos campe le capitaine Jérémy Meyer après Meurtres à Orléans, en 2017. À ses côtés, on retrouve avec plaisir Évelyne Bouix (Marie), dont la carrière stagnait depuis quelques années, malgré une petite apparition dans un épisode de Capitaine Marleau en 2018 notamment.

Plus d'actualité