Les origines du Ku Klux Klan

Ce soir, Retour aux sources s'intéresse aux origines du Ku Klux Klan

Ku Klux Klan @RTBF

À un moment, on l’a cru mort. D’ailleurs, beaucoup de jeunes ont découvert le Ku Klux Klan au cinéma ou à la télé dans des fictions qui le représentait comme ringard, dépassé et composé d’abrutis. Mais ces dernières années, avec la dédiabolisation du suprématisme blanc et l’arrivée au pouvoir de Donald Trump qui, au mieux, évite de trop regarder, les États-Unis doivent recomposer avec sa plus vieille organisation terroriste. Depuis 150 ans, les amateurs de chapeaux pointus défient le sens de l’Histoire. 150 ans de flammes et d’horreurs. La bannière étoilée n’est pas encore parvenue à s’en débarrasser et même s’il a déjà été fortement affaibli, le Ku Klux Klan n’a jamais réellement disparu. Opérant en sous terrain, il n’a jamais non plus délaissé la violence qui le caractérise depuis sa fondation.

Ce soir, Élodie de Sélys reviendra sur les origines du KKK. Au sortir de la guerre de Sécession, de nombreux Noirs quittent leur condition d’esclave. Mais s’ils commencent à profiter d’une nouvelle vie, un groupe de vétérans sudistes nostalgiques des champs de coton décide de former une alliance secrète. Ceux qui étaient leurs esclaves sont désormais leurs ennemis. Et ils ne posent aucune limite à leur combat. Les croix brûlées, sur lesquels flambe souvent un Noir, fleurissent un peu partout et il faut attendre 1872 pour que le KKK soit officiellement éradiqué par le gouvernement américain. Mais il ne suffira que d’un film, Naissance d’une nation, longtemps étudié dans les écoles de cinéma pour ses prouesses techniques, pour relancer l’attrait du Ku Klux Klan aux États-Unis. Quatre millions d’Américains suivent le mouvement jusqu’à son déclin, durant la Seconde guerre mondiale. C’est cette période qui se contée ce soir dans Retour aux sources. La seconde partie du documentaire, consacrée à la résurrection et à l’influence du KKK aujourd’hui, sera, elle, diffusé samedi prochain.

Plus d'actualité