Doc Shot donne la parole aux femmes ménopausées

La honte entoure encore la ménopause, aux dépens de femmes qui se retrouvent désemparées.

capture

Elles sont sept, mais elles parlent pour des milliards. De quoi? D’une chose essentielle, inévitable, mais encore considérée comme tabou par notre société: la ménopause. Aucune femme ne passera outre et pourtant, quand la ménopause présente ses premiers symptômes, elles sont souvent livrées à elles-mêmes. « Quand ça m’est tombé dessus, j’ai été incapable de l’identifier. On ne m’a pas prévenue » explique Gaëlle, la cinquantaine entamée. Un manque d’informations qui revient sans cesse dans les discours des femmes rencontrées par la réalisatrice française Joëlle Oosterlinck. C’est d’abord contre cela que son film lutte. Il s’attache ensuite à prouver qu’il est possible d’être heureuse et épanouie une fois ménopausée. Il y a mille et une façons d’y faire face, d’où l’importance de multiplier les rencontres. Avec force et fragilité, ces sept femmes se répondent, se complètent, se contredisent même parfois. Mais durant près d’une heure, elles portent ce documentaire.

Un film fait par des femmes, pour… tout le monde. Certaines se reconnaîtront dans les combats contre la déprime, d’autres dans le sentiment de liberté que la ménopause engendre parfois. Les jeunes filles pourront désacraliser le spectre terrifiant des changements que leur corps aura à subir. Les hommes aussi trouveront un intérêt dans ces témoignages puisqu’une société plus égalitaire passe obligatoirement par une information mieux partagée. Mais le doc n’a pas qu’une valeur pédagogique. Ces femmes nous font aussi sourire, souvent. Et elles nous bousculent parfois. « Si c’était ça la ménopause, ce n’était plus la peine de vivre » entend-on notamment dans la bouche de Fabienne. Mais toutes, avec leurs histoires singulières, entendent démontrer que la ménopause est avant tout le début d’un nouveau chapitre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité