Qui es tu Philip d’Edimbourg?

Ce soir, Stéphane Bern dresse le portrait de l'époux de la Reine d'Angleterre. Un homme moins lisse qu'il n'y paraît.

capture

Descendant des Romanov

Son arbre généalogique est passionnant pour tous les amateurs d’histoire. Né en 1921, il est le fils du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg. Et du côté maternel, sa grand-mère n’est autre que Victoria Battenberg, la sœur de la dernière impératrice de Russie, Alexandra Fédrovna. C’est d’ailleurs grâce à son ADN que seront officiellement identifiés les restes des Romanov en 1992.

Les records du prince consort

Marié à Elizabeth II depuis le 20 novembre 1947, il devient prince consort –le titre donné à l’époux ou l’épouse du souverain – le 6 février 1952, à la mort du roi George VI. Une place qu’il occupe toujours aujourd’hui, battant ainsi toute une série de records. Il est notamment l’homme le plus âgé de la famille royale britannique, le troisième membre le plus vieux de l’histoire de la couronne (avant lui on retrouve la princesse Alice qui a vécu 102 ans et la Reine-mère, Elizabeth Bowes, décédée à 101 ans). Il a également battu le record de longévité d’un(e) prince(sse) consort, le précédent étant détenu par Charlotte, l’épouse du roi Georges III qui avait tenu sa place pendant 57 ans et 70 jours. Aujourd’hui, le duc d’Edimbourg en est à 68 ans et 4 jours…

Adulé au Vanuatu

Petit État situé en mer de Corail et ancienne colonie franco-britannique, le Vanuatu vénère Philip et lui voue un véritable culte. La légende voudrait qu’il soit le fils d’un dieu de la montagne. En 1978, informé de cette dévotion, il fait parvenir aux Vanuatais une photo dédicacée et une pipe en terre, désormais considérées comme des icônes. Aujourd’hui, ce culte est une curiosité touristique, mentionnée dans les guides….

Prince gaffeur

Philip d’Edimbourg a la réputation de ne pas avoir sa langue en poche. Au cours de ses 637 visites officielles et de ses 5500 discours, il a parfois dérapé. Comme en Chine en 1986 lorsqu’il s’adresse à des étudiants britanniques et leur déclare «Si vous restez ici plus longtemps, vous aurez des yeux bridés». Ou en 2000, dans les Caraïbes, où il s’adresse à un groupe d’enfants sourds installé près des joueurs de tambour: «Sourds? Si vous restez près de là ce n’est pas étonnant que vous soyez sourds!». Ou encore lorsqu’il s’adresse à un chef d’état africain vêtu d’une tenue traditionelle et lui demande pourquoi il le reçoit en chemise de nuit. Plus drôle, en 2001, après un concert d’Elton John, il avoue «J’aurais préféré qu’il éteigne son micro». Des dérapages, parfois misogynes, parfois racistes, qui appartiennent désormais au passé puisque le prince a pris sa retraite publique en 2017.

Philip, ce macho

Être prince consort ne convient pas à l’ego de tous. Et pour le duc d’Edimbourg, ce fut compliqué, lui qui selon Patrick Weber – spécialiste des monarchies – est «l’homme le plus macho du royaume». Lorsque son épouse accède au trône, il doit prendre l’habitude de marcher trois pas derrière elle. Une situation compliquée de laquelle il a tiré son parti en menant sa vie comme il l’entendait. Dans le domaine public – n’étant pas un fervent défenseur du politiquement correct, il n’a jamais hésité a exprimer clairement ses pensées – , du domaine familial e intime – ses frasques amoureuses ne sont un secret pour personne. Mais Elizabeth a toujours appliqué la devise «Never explain, never complain».

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité