« La loi de Damien », un téléfilm porté par François Berléand et Richard Berry

Les deux acteurs se font face dans un téléfilm qui s’en prend aux tout-puissants chirurgiens.

02205372dce4dbaf9ad43d3165beb0ac

Le docteur Pascal Bernel (François Berléand) est un grand chirurgien. Un ponte. Chef de service intransigeant dont personne ne contesterait un mot ou un geste. Pourtant, ce jour-là, quand il prend seul la décision d’opérer un patient atteint d’un AVC sans avoir obéi au protocole, la situation tourne mal. D’abord pour le patient, qui meurt sur la table. Ensuite pour le médecin qui doit justifier ses actes devant la police.

Damien Turenne (Richard Berry), avocat et fils de neurochirurgien, connaît bien Bernel, le dauphin et successeur de son père. Alors quand papa lui demande avec insistance de défendre son protégé, Turenne accepte – même s’il n’en a guère envie. Car Bernel était le médecin de Charlotte, la fille de Turenne, quand elle est décédée deux ans plus tôt suite à un accident de moto…

L’histoire commence comme une affaire de famille, mais c’est en public que vont se lézarder les certitudes du médecin – et de l’avocat. Car très vite on apprend que l’homme que Bernel a opéré était l’amant de sa femme. Et qu’il le savait. Il avait donc un mobile et le pouvoir de provoquer sa mort. Drapé dans son arrogance, le chirurgien se retranche derrière ses états de service et la gravité de l’état du patient – il aurait fallu un miracle pour le sauver. Mais le doute s’installe. Incarné par deux grands acteurs tout en retenue, ce bel épisode de La loi de… étudie à la fois l’infaillibilité officielle des médecins, le dilemme moral d’un avocat quand il se demande si son client est coupable, et l’irruption de sentiments personnels puissants comme la jalousie ou la vengeance, dans des secteurs où l’on attend une parfaite neutralité. Dommage que la mise en place un peu longue laisse peu de temps à l’exploration de ces aspects éthiques et précipite un épilogue pourtant inattendu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité