Protection des mineurs : parole à l’enfance en péril

Devoir d’enquête se penche sur la protection de l’enfance avec deux reportages bouleversants. Ce soir à 20h15 sur La Une.

adobestock_59651900

En Fédération Wallonie-Bruxelles, environ 23.000 dossiers jeunesse sont actuellement en cours. L’énorme majorité (plus de 21.000) concerne la protection des mineurs. Ces cas sont répartis entre les 13 Services de l’aide à la jeunesse (SAJ), répartis sur l’ensemble du territoire de la FWB. Des délégués y suivent environ 55 dossiers chacun… en théorie. Dans les faits, ils se chargent de 70 à 80 cas. Heureusement, la plupart d’entre eux concernent des situations d’aide consentie. Soit des affaires qui nécessitent un suivi mais dans lesquelles, a priori, toutes les parties acceptent les solutions mises en place. Les exceptions – constat d’un danger persistant pour le mineur, refus de rencontrer l’assistance sociale… – exigent un passage devant un juge de la jeunesse qui peut imposer un soutien.

Devoir d’enquête s’intéresse à ces structures d’aide. D’abord en laissant la parole à Laura, 19 ans. La jeune fille et sa fratrie ont été maltraitées par leurs parents durant de nombreuses années malgré plusieurs signalements. Elle se demande aujourd’hui pourquoi son calvaire a été aussi long avant l’intervention de la justice. Des erreurs, il y en a bien sûr. Ne fût-ce que parce que les délégués croulent sous les dossiers. Mais il serait injuste de condamner le système. Le deuxième reportage suit le quotidien d’une juge de la jeunesse. En parallèle, un jeune homme presque majeur raconte un sys- tème qu’il a intégré alors qu’il avait 3 ans et dont il a malheureusement testé presque tous les rouages. Deux regards différents et matures sur une probléma- tique aux très nombreuses facettes. Mais qui attestent aussi d’une justice attentive à chaque dossier, soutenue par des travailleurs dévoués. Des documentaires dont on ne sort pas intact.

Sur le même sujet
Plus d'actualité