Le fantasme cubain passé au crible

Plongée dans le passé et le présent de Cuba, qui reste un cas à part dans l’histoire du XXe siècle. Ce soir sur Arte.

© Belga Image

Trois heures au cœur de la péninsule cubaine ce mardi soir sur Arte. Une soirée qui verra s’entremêler l’odeur du cigare fumant et le bruit des uniformes qui marchent au pas. Cuba, c’est l’histoire d’un petit pays parvenu, par la force, à s’octroyer une grande page de l’histoire du XXe siècle.

Il y a soixante ans fuyait le dictateur Batista, chassé par les barbudos, les forces rebelles menées par Fidel Castro. La révolution cubaine sonne la charge souverainiste des États colonisés d’Afrique et d’Amérique latine. Le général Castro envoie d’ailleurs des milliers d’hommes répéter l’opération en Bolivie, au Congo ou en Angola. Mais, écrasé par la guerre froide, Cuba ne parvient pas à se tirer de l’embarrassant soutien soviétique et des foudres américaines.

Longtemps considérée comme une terre inaccessible, Cuba a porté le fantasme d’un monde autarcique que rien ne pouvait ébranler. Un exemple de résistance face à la grande puissance qu’étaient les États-Unis, incapables de concrétiser leurs coups de pression diplomatique, même quand l’embargo américain s’accentue à la suite de la chute du bloc soviétique.

Vient alors le temps de la diplomatie, quand Castro troque son treillis pour le costard. Deux époques brillamment mises en lumière dans un documentaire inédit produit par Arte, qui sera suivi d’un dernier voyage entre Santiago et La Havane. Un docu plus ironique qui part sur les traces des restes castristes et qui interroge la mémoire des Cubains, dont les souvenirs de Castro s’effacent progressivement. Ce qui n’empêche pas certains de le haïr viscéralement et d’autres de lui vouer un véritable culte.

Sur le même sujet
Plus d'actualité