« Vous n’aurez pas ma haine », la pièce de théâtre adaptée du livre d’Antoine Leiris passe ce soir dans ta télé

Ce seul en scène époustouflant et digne est la plus belle commémoration des attentats du 13 novembre. À découvrir sur France 5 à 22h20.

vous_naurez_pas_ma_haine4

« Vendredi soir, vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils, mais vous n’aurez pas ma haine.” Ces mots, Antoine Leiris les poste sur Facebook, trois jours après les attentats du 13 novembre 2015. Sa femme, Hélène Muyal, fait partie des victimes du Bataclan. Sous le choc de la nouvelle, après avoir identifié son corps, le journaliste et écrivain écrit cette lettre aux terroristes. Elle fait le tour du monde et la une du Monde.

Un an plus tard, il livre Vous n’aurez pas ma haine aux éditions Fayard, le récit intime du parcours de deuil qu’il traverse avec son petit garçon de 17 mois. Une claque, un témoignage pudique et lumineux, la parole blanche de la douleur immense. Il rassemble des milliers de lecteurs et devient un symbole. Benjamin Guillard l’a adapté au théâtre. Le metteur en scène, qui avait précédemment travaillé le bouleversant Réparer les vivants de Maylis de Kerangal, réussit cet exercice si difficile: donner corps à l’émotion, sans l’exagérer, sans en jouer, avec tact, sobriété, délicatesse.

Seul face au public, Raphaël Personnaz (photo) incarne les mots et le choc d’Antoine Leiris. Le texte est là, tel quel. Il dit la colère, l’insoutenable, tandis que le décor décompte les heures, le temps qui passe, ce temps d’après qui fait mal. Il n’y a rien d’autre, que la voix, l’homme et les morceaux d’Antoine Sahler au piano. L’émotion fait salle comble, jusqu’à chez nous, au Cirque Royal. Et aujourd’hui, dans ce Passage des arts. La captation télé, au plus près du jeu du comédien, compense ce qu’on perd en expérience collective. C’est un moment rare, qui coupe le souffle et impose le silence.

Antoine Leiris vient de publier La vie d’après (Robert Laffont). Il poursuit son chemin. Toujours sans haine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité