« Spéciale d’Envoyé » : un futur sans viande ?

France 2 se penche ce soir sur notre alimentation dans cette Spéciale d’Envoyé consacrée à la viande.

kylee-alons-suq-d-9dmvu-unsplash

On ne vous apprend rien: l’élevage est l’activité humaine qui contribue le plus au réchauffement climatique. Il monopo-lise 30 % des terres habitables et absorbe 70 % de nos ressources en eau. Face à     ce fléau, de plus en plus de citoyens se tournent vers le végétarisme. Un changement d’alimentation dont les industriels se sont très vite emparés. Dans les rayons de nos supermarchés, les “fausses” viandes se multiplient. Dans La viande sans viande!, les journalistes d’Envoyé spécial se sont rendus en Israël, mais aussi aux États-Unis, pour goûter ces alternatives dont certaines sont cultivées en laboratoire! On estime que d’ici 2030, 10 % de la viande mangée dans le monde ne viendra plus d’un animal. Même Bill Gates et Leonardo Di Caprio se sont lancés dans la promotion de ce type d’aliments. Car au-delà des effets néfastes sur notre santé, l’élevage de “vraie” viande a des conséquences désastreuses dans les pays producteurs du soja destiné à l’alimentation des bovins. Au Paraguay, 90 % des terres cultivables lui sont consacrées. Résultat: la déforestation ravage la nation. En dix ans, le pays a perdu 2 millions et demi d’hectares de forêt tandis que les petits agriculteurs ne peuvent plus se payer des terres pour leurs cultures.

Nos habitudes de consommation ont bel et bien un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cette Spéciale d’Envoyé l’a bien compris et se penche sur notre assiette via trois reportages inédits (Ma vie avec ou sans viande, La viande sans viande!, L’Amazonie sur le grill). En 2050, nous serons 2 milliards de plus qu’aujourd’hui et si nos habitudes de carnivores ne changent pas, il faudra produire deux fois plus de viande pour soutenir la demande mondiale. Au risque d’étouffer encore plus la planète.

Sur le même sujet
Plus d'actualité