Ces anciennes armes de guerre qu’on cache dans l’océan

Menaces en mers du Nord enquête et alarme sur les dépôts d’armes sous-marins. Catastrophe en vue…

© RTBF

Lorsqu’a sonné la fin des deux conflits mondiaux, il n’a pas suffi de signer le traité, renvoyer les soldats, soigner les blessés et enterrer les morts. Il a fallu gérer les champs de bataille et les immenses quantités d’armes non utilisées. Gérer? Hem. Ce que nous montre le documentaire de Jacques Loeuille, c’est que ”gérer”, pour les autorités belges, françaises, britanniques, russes, allemandes, bref pour tout le monde, a consisté à les balancer à la mer. Et après? Ben rien. 

Voilà comment trois milliards de tonnes d’armes conventionnelles et chimiques se retrouvent, dans l’oubli général, au large des côtes, en Irlande, en Écosse, chez nous, de la Hollande à Cherbourg, en mer Baltique, la plus polluée du monde. Les images de plongée nous les montrent, les obus, les barils, rouillés, par milliers dans des cales de navires envoyés au fond en guise de containers. Les experts convoqués, océanographe, géologue, démineur de l’Otan, spécialistes des armes chimiques, sont tous d’accord: l’ypérite, le chlore, l’arsenic, les neurotoxiques qu’ils contiennent ne sont pas safe, les contenants se détériorent petit à petit… Des pêcheurs montrent leurs mains brûlées d’avoir remonté un obus par hasard. Si 16 % de ces substances se répandent, c’est toute forme de vie océanique qui s’arrête pour des siècles. Le propos est ici de donner l’alerte et de dénoncer l’inertie et le manque de transparence de l’État français. Et clairement il est temps. Par contre, la narration en ”je”, le ton dramatique du commentaire, de bout en bout, la musique de fond inquiétante, rendent le film un peu ”too much” et finissent par nuire à sa crédibilité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité