« La case du siècle » : vacances communistes

Pendant toute la guerre froide, de nombreux Français ont choisi l’URSS comme lieu de vacances. Bons baisers de Moscou, un documentaire à voir ce soir à 22h40 sur France 5.

belgaimage-129040390-full

La longue période de tensions et de confrontations idéologiques et politiques entre les deux superpuissances que furent les États-Unis et l’URSS n’est pas souvent synonyme de plaisirs et de farniente. Pourtant, de 1955 à 1964, le nombre de touristes français s’étant rendus en URSS est passé de 1.000 à 31.700. Ce développement général du tourisme dans la région se poursuit ensuite jusqu’aux années 1980. Tandis que pour les nombreux touristes venus de l’Hexagone, l’URSS représente un rêve, l’Union soviétique perçoit ces voyages comme une opportunité non négligeable: séduire les touristes et gagner “la lutte d’influence contre l’ennemi américain”. Les voyages en URSS comportent une dimension pédagogique et idéologique importante: le pays est un lieu de pèlerinage où il n’est pas question “de rencontrer une civilisation et une culture étrangères, mais de découvrir un système politique au cours d’une visite qui tourne à la démonstration”. Tels les voyages actuels en Corée du Nord, ces périples étaient strictement encadrés et orchestrés de façon à ne montrer qu’une image parfaite de la région.

Il faudra attendre la chute du mur de Berlin pour voir diminuer ces vacances communistes et la vision enchantée que se font les Français de la patrie du socialisme. Trente ans après l’effondrement du bloc soviétique, ce documentaire signé Yvan Demeulandre (1939, la France entre en guerre) revient sur ces drôles de vacances à l’aide de films amateurs, de photographies et de témoignages. “Que reste-t-il de ces voyages à l’Est pour ceux qui croyaient dur comme fer à l’utopie communiste? Comment ces voyages ont-ils influencé leur engagement? Comment leur ont-ils, parfois, ouvert les yeux?”, peut-on lire dans le synopsis de ce documentaire de 52 minutes. Bons baisers de Moscou est le récit “d’une croyance dans un idéal, le communisme, celui de l’admiration pour son modèle, l’URSS, mais aussi parfois celui du désenchan- tement”

Sur le même sujet
Plus d'actualité