Che Guevara : Hasta siempre, Commandante

La chaîne Histoire propose une interview étonnante d’Ernesto “Che” Guevara, datant de 1964, ce soir à 22h.

reporters_12468875

Assis dans un fauteuil, l’air décidé et le cigare à la main, il semble très à l’aise dans cette chambre de l’Hôtel Intercontinental de Genève. Pourtant, on le connaît plutôt pour ses postures révolutionnaires à mille lieues du luxe qui l’entoure. Nous sommes en avril 1964 et Le Point a obtenu une interview exclusive d’Ernesto Guevara, réalisée par le journaliste Jean Dumur.

Le Che est alors ministre cubain de l’Industrie. Il est en Suisse pour une conférence internationale et se prête avec professionnalisme au jeu de l’entretien. Dans un excellent français (teinté d’un accent hispanique, mais qui l’en blâmerait?), le compagnon de lutte de Fidel Castro répond à des questions sensibles. Moins de deux ans après la crise des missiles (à laquelle la chaîne Histoire consacre un documentaire en première partie de soirée), Che Guevara parle des relations internationales de Cuba, notamment des rapports tendus avec les USA, “l’ennemi”, comme il les appelle. Il s’étend sur les liens privilégiés avec les pays “socialistes” et plus particulièrement “le professeur” soviétique. Il raconte les conséquences du blocus américain sur la vie quotidienne des Cubains. Sur les archives en noir et blanc, le Comandante est visiblement en opération de charme.

Entre sa voix posée et un non-verbal bienveillant, il est difficile de ne pas le penser sincère. Il ne le sait pas, mais il ne lui reste que quelques années à vivre – il ne connaîtra jamais son 40e anniversaire. Il ne le devine pas, mais il deviendra l’une des grandes icônes des mouvements révolutionnaires et également un produit marketing. Histoire propose une passionnante plongée dans l’histoire de la guerre froide, avec une figure marquante, et toujours controversée, de son temps.

Sur le même sujet
Plus d'actualité