USA : le calvaire des mineurs incarcérés en prison pour adultes

Le Doc Shot de la semaine filme la violence des traitements infligés aux ados par la justice américaine. Une mise en garde...

belgaimage-124812543-full

Kalief Browder (portrait sur la photo), 16 ans, est incarcéré pour vol de sac à dos. Il attendra son jugement 1.000 jours dans la prison pour adultes de Rikers Island (17.000 détenus). À côté de la statue de la Liberté, les images des caméras de surveillance nous le montrent se faire rouer de coups par ses codétenus et les gardiens. Il passera deux ans à l’isolement, “pour sa propre protection”. Innocenté, il se suicidera deux ans après sa libération… Aujourd’hui, une rue porte son nom, mais il y a toujours des mineurs à Rikers Island. D’autres en sont sortis en colère, perdus, sous antidépresseurs. Les journalistes ont recueilli leur témoignage dans ce reportage qui prend aux tripes.

L’enquête commence au Texas. Des policiers patrouillent dans les écoles. On les voit arrêter un môme pour une bagarre. Chez nous, ça finirait en un jour de renvoi. Là-bas, le gamin s’en sort avec un casier. Et il peut s’estimer heureux, à voir les centres de détention des mineurs. Ou, pire, le destin des ados enfermés avec les adultes. L’un d’entre eux raconte comment à 15 ans il a tué son père, qui le maltraitait depuis l’enfance. Il en a pris pour 40 ans. Orange Is The New Black, en vrai, mais avec des lycéens paumés, enrôlés de force dans des gangs, qui paient l’abandon dans lesquels un système les a laissés. Pour rien.

En 30 ans de politique répressive, ni la consommation de drogue, ni le taux de récidive n’ont baissé. La suite se passe en Utah. Là, la justice commence à miser sur la réinsertion. On voit enfin des lieux plus humains. Les résultats suivent. Espérons que d’autres États suivent. Lorsque s’achève le sujet, on réalise que chez nous aussi, des ados de 16 ans peuvent être jugés comme des adultes. Il est temps de s’en soucier.

Sur le même sujet
Plus d'actualité