Féminicides : le temps d’agir

Pour leur rentrée, les équipes de Devoir d’enquête proposent deux sujets interpellants. Ce soir à 20h15 sur La Une.

belgaimage-155030280

Avant le reportage consacré à Larbi Chababe, un homme décidé à se faire justice lui-même suite à la disparition de son frère, Malika Attar propose un sujet dramatique sur les féminicides. En Belgique, depuis le début de l’année, 15 femmes en sont mortes. Le terme – popularisé en 1992 par deux militantes féministes, Jill Radford et Diana Russell – désigne “le meurtre commis par un homme sur une femme en raison de sa condition féminine”. En partant de l’histoire d’Emine, Valérie, Fatma et Lucie, Devoir d’enquête s’interroge sur les responsabilités des uns et des autres.

Certains féminicides pourraient être évités. En Espagne, les chiffres ont diminué lorsque le pays a mis en place une politique efficace en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, avec entre autres la création de tribunaux spéciaux permettant une justice accélérée. Suite aux nombreuses interpellations des associations, la France a entamé un Grenelle (du nom des acccords négociés après Mai 68) des violences conjugales. Son but: réunir ministres, administrations, associations et proches des victimes pour trouver des solutions concrètes. Un numéro de téléphone destiné aux femmes victimes de violences a été ouvert tandis qu’on annonce la création de 1.000 places d’hébergement d’urgence et la mise en place de bracelets électroniques anti-rapprochement.

Début septembre, invité d’Arnaud Ruyssen dans CQFD, le procureur général de Liège, Christian De Valkeneer, le reconnaissait: “Énormément d’initiatives sont prises à tout niveau mais il y a un problème de coordination”. L’espoir des victimes réside peut-être dans l’élaboration du nouveau plan d’action national de lutte contre la violence, prévu en 2020.

Sur le même sujet
Plus d'actualité