« Il était une seconde fois »: un voyage dans le temps pour sauver son couple

Indéfinissable, Il était une seconde fois est un objet télévisuel décalé où se mêlent temps et amour.

1576699

Le cinéaste Guillaume Nicloux et l’acteur Gaspard Ulliel ne se lâchent plus. Après leur collaboration fructueuse dans Les confins du monde, les deux hommes se retrouvent ici dans une série mi-dramatique, mi-fantastique. L’un derrière la caméra, l’autre devant. Dans cette fable romantique, Vincent (Gaspard Ulliel) trouve un moyen de voyager dans le passé. Il y voit l’opportunité rêvée de reconquérir son ex, Louise (Freya Mavor). S’ensuit une quête amoureuse et existentielle pour Vincent, dont la vie est partie à la dérive en même temps que Louise pour Londres.

En voulant “revisiter le film d’amour en le mêlant au fantastique”, Guillaume Nicloux signe une série au style indéfinissable, presque onirique. Le réalisateur l’avoue: “Il ne s’agit pas d’une série traditionnelle. C’est une expérience ouverte, que j’espère jouissive”… Quatre épisodes suffisent à nous emporter dans son univers où la recherche sentimentale du héros semble ne jamais aboutir. On regrette juste les quelques incohérences et raccourcis pris par le scénariste vis-à-vis de son “voyage dans le temps” qui n’est finalement qu’une excuse à son histoire d’amour impossible.

Sur le même sujet
Plus d'actualité