RTBF: une rentrée excitante

Si la chaîne publique propose chaque année d'excellentes choses, on ne sort pas toujours de sa conférence de presse de rentrée en frétillant. Et cette fois, ça frétillait vraiment.

le_temps_dune_histoire_rtbf

Pour la première fois peut-être, on a l’impression que le mastodonte RTBF, ses trois chaînes télé, ses cinq chaînes radios, et Tarmac, et Auvio, et toutes les déclinaisons digitales, forment vraiment un tout. Pour la première fois, on ressent une véritable cohérence, logique et palpable, entre tous ces appendices. On nous l’avait dit pourtant. Depuis des mois la RTBF modifie sa structure en profondeur. Ce qui pour le téléspectateur ne veut rien dire du tout. Qu’on ne travaille plus par chaînes, mais par « pôles », par « offres », par « thématiques », ça change quoi dans les programmes?

Au-delà de la terminologie, qui reste du charabia, la RTBF a associé maintenant ses chaînes télé, radio et ses contenus web en fonction des publics auxquels ils s’adressent.

La Une, par exemple, est voisine de VivaCité. Deux chaînes qui rassemblent les gens. Avec des fictions, des divertissements, une info grand public.

La Deux et Pure visent les jeunes adultes. Un public qui se tournera vers la musique live plutôt que vers The Voice Kids, et préférera Le prince de Bel Air à Demain nous appartient.

Les plus jeunes, enfants ou ados, ont leur domaine, de Ouftivi à Tarmac.

Et les publics spécialisés, cinéphiles ou fans de séries, fans de Def Leppard ou de Khatia Buniatishvili, infomaniaques ou branchés culture, trouveront leur bonheur sur La Trois, Musiq’3, Classic 21 ou La Première.

Mais encore? Ce qui change aujourd’hui, c’est que les émissions s’inscrivent dans une offre globale et lisible. En cinéma par exemple, on verra Knock, Dunkerque ou Au-revoir là haut sur La Une, alors que Ça ou American Pie passeront sur La Deux, et que La Trois permettra de voir des films plus pointus, films de genre, films du bout du monde, ou grands classiques entre deux âges. Il y aura de l’inédit et des rediffusions sur les trois chaînes mais l’éventail s’adressera à des publics très différents.

C’est aussi flagrant dans les documentaires. Patrick Weber, transfuge de RTL, s’installe le vendredi en deuxième partie de soirée pour une case « Histoire » qui s’adresse à un public très large. La première du Temps d’une histoire, le vendredi 13, proposera un documentaire de Pierre Assouline sur Simenon, mort il y a juste trente ans. Et sera précédé d’un téléfilm basé sur un roman de l’écrivain liégeois. Mais Retour aux sources ne s’arrête pas. Le magazine d’Elodie de Sélys prend ses quartiers sur La Trois avec ses documents historiques plutôt pointus, qui passionnent des amateurs plus éclairés.

De même, en radio, alors que Michaël Pachen, ex-Bel RTL, présente une émission conviviale pour survivre aux embouteillages de 16 à 18h en semaine sur VivaCité (Quoi de neuf?), La Première offre à Hugues Dayez et Rudy Léonet l’occasion de poursuivre leurs délires sur tout ce qui n’est pas du cinéma dans 5 heures du soir, une sorte de bonus à leur podcast, le mercredi entre 18 et 20 heures. Et le vieux couple se retrouvera aussi sur La Trois, pour la présentation de Classic Ciné, le mardi à 21 heures.

Les animateurs et journalistes respectent ainsi cette cohérence sur plusieurs supports. Elodie de Sélys est sur La Trois mais aussi sur La Première dans Le mug, une émission quotidienne de 10 heures à midi avec Xavier Vanbuggenhout. Patrick Weber, nouveau visage de La Une, présente lui C’est pas fini, un débat d’actu sur VivaCité, de 18 à 19h30. Et Arnaud Ruyssen, personnalité de La Première, aura son magazine de décryptage de l’info, CQFD, qu’il présente avec Catherine Tonero, à la fois sur La Première, à 18h20, et sur La Trois, à 20h05.

Deux coups de cœur enfin. L’un pour Thierry De Coster, comédien et réalisateur, qui a travaillé au JT de la RTBF dans les années 80. Il va animer sur La Une un magazine dialectal. Comprenez que ça va parler langues (bruxellois et wallon surtout), et accents, mais aussi terroirs, traditions et gourmandises. Et vu l’humour et la tchatche du bonhomme, Stoemp, péket… et des rawettes devrait valoir le détour, même le dimanche matin à 10h30. D’autant qu’il a prévu d’inviter notamment Jean-Luc Fonck, Le grand Jojo et David Jeanmotte. L’émission a une jumelle radio assez différente, animée par Louise Moor le lundi de 19h30 à 22h. Sur quelle chaîne? Si l’un est sur La Une, l’autre est forcément sur VivaCité!

Le second coup de cœur va à La Trois, qui développe enfin un sens et une identité. Oubliez la chaînes des rediffs et des vieux machins. Désormais, après Ouftivi toujours pour les enfants, qui s’octroie la tranche horaire 6h-20h, la soirée commencera tous les jours avec un magazine. CQFD, déjà cité, du lundi au vendredi, puis le Plan Cult de Félicien Bogaerts et Hep taxi! le dimanche. A 21h05, une soirée thématique quotidienne. Documentaires et débat dans Regards sur…, le lundi, avec Hadja Lahbib. Classic ciné le mardi, avec Hugues Dayez et Rudy Léonet. Séries Corner, une offre unique de séries originales, modernes, inédites et en V.O. qui se prolonge sur Auvio, puis le nouveau magazine littéraire de Thierry Bellefroid, Sous couverture, le mercredi. Signé film le jeudi. Le vendredi, Fanny Gillard et Caroline Veyt enchaînent un documentaire rock et un spectacle classique dans Tempo. Retour aux sources le samedi et, le dimanche, les Docs découverte de Philippe Lambillon suivis du Grand oral présenté désormais par Bertrand Henne.

C’est limpide (si si), intéressant et on y trouve une véritable offre de chaîne, plus le fourre-tout qu’on zappait automatiquement sur sa télécommande. Cadeau bonus, en vrac: Gui-Home et le youtubeur Maxou le pilote seront désormais en exclu sur Auvio.

Dans la matinale collégiale de La Première on aura La grenade de Safia Kessas et Le dard de Christophe Bourdon. Marc Ysaye fera partie de l’équipe du Mug, de 9 à 10 h sur La Première. Nicolas Blanmont présente à la fois une soirée opéra le samedi sur Musiq’3 et Pasticcio, une émission qui mixe toutes les autres musiques sur La Première, le dimanche à 10h.

La saison 2 de La théorie du Y va débarquer sur Auvio et celle d’Unité 42 cet automne sur La Une. Vinz (ex NRJ) rejoint Tarmac. Ceux qui ont acquis le matériel nécessaire auront le choix entre plusieurs nouvelles radios DAB+, notamment l’une complémentaire à VivaCité, qui explorera la chanson des années 60-70 (Viva Nostalgie?), une autre associée à Pure, qui proposera une programmation de musique alternative et d’artistes émergents. Entrez sans frapper commence désormais à 11h30 avec Bagarre dans la discothèque. Sur un thème déterminé (quelle est la plus belle chanson dont le titre contient un nom de ville, la plus belle chanson odieuse, etc.), les chroniqueurs mèneront une battle et défendront leur choix.

Stéphane De Groodt sera le premier invité de Tout le Baz’art, en octobre (programmé bizarrement sur La Une), et Angèle la reine de Rendez-vous Grand-Place, où elle a notamment invité Alain Souchon, Jeanne Added, Caballero, et son frère, Roméo Elvis, le 27 septembre, toujours sur La Une. Angèle sera aussi la première invitée de Hep taxi! sur… La Trois, vous avez suivi. On verra bientôt Apocalypse, La guerre des mondes 1945-1991, sur La Une.

Et le JT de 19h30 a opté pour la présentation en alternance, une semaine par François De Brigode, l’autre par Nathalie Maleux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité