Football : une nouvelle année de folie pour les Anglais ?

Cette nouvelle saison marque non seulement l’arrivée du VAR en Angleterre mais aussi d’un tas de nouvelles règles.

belgaimage-153639372-full

La Premier League reprend ses droits ce week-end et la Supercoupe d’Europe (mercredi soir à 21h) entre Liverpool et Chelsea constitue l’ultime occasion pour Mohammed Salah (photo) et le foot anglais de profiter de la folle saison qui a vu quatre de ses représentants se disputer les deux trophées majeurs du continent. Mais la reprise du plus grand championnat du monde est aussi un bon prétexte pour pointer les nouvelles évolutions d’un foot qui commençait à s’encroûter. Déjà visibles à la Coupe du monde féminine, certaines promettent des discussions. On se souvient notamment de la gardienne nigériane sortie trop tôt de sa ligne face à la France, qui avait pu retirer son penalty raté. Il s’agit désormais pour les gardiens de laisser au moins un pied sur la ligne de but au moment du saut. Une drôle d’idée: comment pourront-ils sauter en laissant traîner une jambe une vingtaine de centimètres derrière l’autre? On redoute en plus une pluie de penaltys à retirer… sauf en Angleterre qui a décidé de ne pas utiliser le VAR pour ce cas de jeu précis.

D’autres nouveautés devraient par contre fluidifier le jeu. Pouvoir jouer dans le rectangle lors des coups de pied de but arrangera par exemple les équipes qui aiment repartir au sol via leur gardien. Et lors des changements, le joueur sortant rejoindra la ligne de touche à l’endroit où il se trouve sur le terrain. On note également une volonté d’homogénéité dans ce qui constitue le pire casse-tête des arbitres, les fautes de mains. Les hands offensifs, permettant de marquer ou d’emmener le ballon vers le but, seront systématiquement sifflés. En revanche, si le ballon vient à toucher la main d’un joueur après un dégagement manqué ou un contrôle raté, l’arbitre ne sifflera pas. Une sorte d’ode à la maladresse… Enfin, (normalement) vous ne verrez plus d’attaquant se placer dans le mur adverse lors d’un coup franc, ni d’entre-deux, ni de gardien frappant sa barre avant un penalty. En ce début de saison, la star, c’est l’arbitre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité