Chagos : l’île vidée de ses habitants

L’histoire d’un peuple expulsé de ses terres et qui lutte encore aujourd’hui pour rentrer à la maison.

belgaimage-150189096-full

Peu de gens ont déjà entendu parler des Chagos, et c’est bien ça le problème. En 1972, “le jour où le cauchemar a commencé” d’après un Chagossien, les habitants de cet archipel sont déportés de force par l’armée britannique vers l’île Maurice, les Seychelles, la ville de Crawley et d’autres régions voisines. Leur expulsion résulte d’un contrat financier secret entre le Royaume-Uni et les États-Unis qui implantent sur l’île de Diego Garcia, dans le sud de l’archipel, une base militaire américaine importante. Le bail est de cinquante ans. Dans un rapport de la CIA sur l’opération, la population chagossienne est considérée comme “NEGL.”, soit négligeable. Plus loin dans le document, on trouve la mention “sans population locale”. Or, on sait aujourd’hui qu’entre 800 et 1.500 personnes résidaient sur l’archipel.

Le gouvernement américain ayant exigé un “contrôle exclusif” sur l’île de Diego Garcia, les Chagossiens sont non seulement expulsés mais également interdits de retour. Une restriction de l’approvisionnement en nourriture et en médicaments est instaurée et les chiens de l’île sont empoisonnés ou gazés devant leurs maîtres. Un traumatisme flagrant pour le peuple chagossien et ses descendants. Ce documentaire s’intéresse à la cause de ce peuple exilé qui se bat pour retourner sur son île alors que le bail des Américains, censé s’achever en 2016, a été prolongé de vingt ans. On y suit Sabrina Jean, dont le père habitait l’archipel. Elle est l’une des figures principales du Groupe Réfugiés Chagos. Entre une visite à Amnesty International, le déménagement d’une proche qui se retrouve presque à la rue et la participation de son équipe de foot à la Coupe du monde des apatrides de 2016, elle se bat au quotidien pour la restitution de l’archipel aux Chagossiens.

Sur le même sujet
Plus d'actualité