« De chaque instant »: ode à ceux qui soignent

Le réalisateur Nicolas Philibert revient pour rendre leurs lettres de noblesse aux infirmières.

luis-melendez-pd4lrfko16u-unsplash

Début 2016, Nicolas Philibert frôle la mort, victime d’une embolie qui le conduit directement aux soins intensifs. Il y découvre un système, une ville, une vie. Un monde dans le monde. Une fois sur pied, il décide de consacrer un film à ces infirmiers et infirmières. Surtout aux infirmières, comme il le signale dans une note accompagnant la sortie du film. “Chacun sait que dans la langue française le masculin l’emporte sur le féminin. Le hic, c’est que dans le milieu dont il est question ici, les hommes sont largement minoritaires. C’est pourquoi j’ai choisi de faire une entorse à la règle et décidé de dire “elles” ou “les infirmières” quand bien même des hommes figurent parmi l’ensemble.”

En suivant ces apprentis entrant ou sortant d’un institut de formation en soins infirmiers planté dans la ville de Montreuil, il se confronte à un métier où fragilité, souffrance et meurtrissures côtoient la fatigue physique et émotionnelle des longues journées de service. Il met en perspective la jeunesse de ses “personnages” avec la douleur qui accompagne leur apprentissage. On sent chez Philibert le besoin de rendre aux infirmiers et infirmières le respect qu’ils et elles méritent.

En trois actes, le film lie les idéaux des jeunes étudiants et la réalité du métier. D’abord sur les bancs, à trifouiller des instruments médicaux rudimentaires, ils entrent ensuite dans les chambres d’hôpital, où la mort les attend parfois. La dernière partie les voit débriefer leurs premières rencontres avec la blouse blanche dans le bureau de leur maître de stage. Nicolas Philibert n’avait rien sorti depuis 2013. Une éternité pour ce surdoué du film documentaire (Être et avoir, Retour en Normandie, La maison de la radio). Son style brut et intimiste avait manqué. Et son retour a ravi les professionnels qui l’ont envoyé directement sur le banc des nominés aux derniers César du meilleur documentaire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité