The Witcher, la série qui devra plaire autant aux gamers qu’aux lecteurs

Prochaine grosse sortie Netflix, The Witcher est l’adaptation sérielle d’une saga littéraire polonaise de dark fantasy, elle-même adaptée en jeu vidéo dont le dernier opus est considéré comme l’un des meilleurs jeux de l’année 2015. Double défi pour une série déjà comparée à Game of Thrones avant même sa diffusion.

© Prod

C’est ce week-end, lors de la Comic-Con de San Diego qu’a été révélé le premier trailer de The Witcher, une série très attendue par les joueurs du jeu vidéo éponyme. Née en Pologne sous la plume d’Andrzej Sapkowski, cette saga fantastico-médiévale est d’abord une série de romans et de nouvelles au succès limité, publiés entre 1990 et 2013. L’histoire raconte les aventures de Geralt de Riv, un « witcher », soit un tueur de monstres entraîné physiquement dès le plus jeune âge et ayant subi des mutations génétiques lui donnant des capacités hors-normes. En 2007, le studio CD Projekt s’empare des péripéties du « Loup Blanc » en les adaptant en jeu vidéo du même nom. Deux autres suivront: The Witcher 2: Assassins of Kings (2011) et surtout The Witcher 3: Wild Hunt (2015), considéré comme l’un des meilleurs jeux-vidéo sorti cette année-là.

En 2017, Netflix annonce une adaptation en série qui entraîne autant l’emballement des joueurs que leurs craintes. Il faut dire que les récentes adaptations à l’écran de jeux vidéo sont loin d’être des chefs d’œuvre. Entre des Tomb Raider plutôt mous, le flop Warcraft, et un Assassin’s Creed décousu mais sauvé par sa mise en scène, seul Pokemon: Detective Pikachu semble étrangement relever le niveau des adaptations cinématographiques de jeux vidéo.

Un gamer dans la peau du héros

La série The Witcher a été confiée à Lauren Schmidt qui a déjà supervisé plusieurs projets Netflix comme Umbrella Academy et Daredevil. Pour incarner le rôle-titre de Geralt de Riv, la production a choisi Henry Cavill (Batman v Superman: L’Aube de la Justice), accompagné d’Anya Chalotra dans le rôle de la magicienne Yennefer et de Freya Allan qui interprète la jeune Ciri. Pour Cavill, jouer dans The Witcher est une occasion en or : « Je suis un gamer, alors j’ai beaucoup joué aux jeux ! (…) Quand j’ai appris que la série était en bonne voie, c’était un peu comme un rêve devenu réalité », confie-t-il au magazine Entertainment. Il se démène alors pour obtenir une audition et décroche le rôle principal. L’acteur a rassuré les fans de l’univers en annonçant en interview avoir lu tous les livres pour se préparer au rôle.

Les scénaristes se sont basés sur les livres pour écrire le scénario de la série, tandis que la photographie est tout droit tirée du jeu vidéo. La richesse de l’univers littéraire est vaste et permettra peut-être à la série de se hisser au-dessus des adaptations précitées.

Un nouveau Game of Thrones?

Avec son esthétique médiévale et fantastique, ses nombreux personnages, ses scènes de combat et de sexe, The Witcher fait immédiatement penser à Game of Thrones, elle aussi basée sur une série de livres (dont on attend d’ailleurs toujours le dernier). Présent au Comic-Con, un journaliste américain n’a pas hésité à qualifier la série de « Game of Thrones sous stéroïdes ».

Au micro d’Entertainment, Lauren Schmidt Hissrich réagit à cette comparaison : « Les gens me demandent tout le temps si je pense que ma série pourrait remplacer celle de HBO. Je suis une grande fan de Game of Thrones et je doute que les gens aient envie qu’elle soit remplacée. Je pense que ces personnes se demandent surtout si la série connaîtra le même succès. Ce que j’espère vraiment ! GoT a prouvé que l’univers de la fantasy n’était pas réservé à un public de niche et qu’il pouvait être accessible pour tout le monde. Je pense que la série a ouvert la voie pour les autres et je lui en suis vraiment reconnaissante. »

En empruntant les richesses littéraires des romans et les qualités visuelles des jeux vidéo, The Witcher pourrait bien satisfaire les fans de cet univers si particulier. On l’espère au vu de la pression qui pèse sur cette série attendue d’ici la fin de l’année.

© Prod

Sur le même sujet
Plus d'actualité