Quelles séries regarder cet été?

La belle saison est encore et toujours propice à la découverte de nouvelles fictions. Nos coups de cœur du moment valent votre coup d’œil…

© Prod

Floodland : une production mer du Nord

Coproduction entre la Flandre et les Pays-Bas signée Erik de Bruyn et Hendrik Moonen (Unité 42), Floodland (Grenslanders, son titre original) nous rappelle en huit épisodes combien nos scénaristes ont du talent. L’histoire se passe dans la région du chenal de l’Escaut, à la limite entre les Pays-Bas et la Belgique. C’est là qu’une jeune femme africaine est retrouvée seule, complètement paniquée. Pour l’aider dans son enquête, la police belge fait appel au psychiatre Bert Dewulf (Koen De Bouw), spécialiste en amnésie post-traumatique.

À quelques kilomètres de là, l’inspectrice Tara Dessel (Jasmine Sendar) fait son entrée dans le commissariat de Kruisvliet, où le copinage, les fêtes et les petits-déjeuners au resto du coin ont pris le pas sur le travail d’enquête… Tara devra se battre à la fois contre le sexisme et le racisme de cette région “où rien ne se passe”, comme le lui confie Liesje (Anne-Laure Vandeputte), la fille d’un douanier laissée à la dérive. Son enquête n’aurait pas pu trouver meilleur paysage que celui des polders, où la brume de la nuit laisse place au temps gris et venteux, caractéristique de notre horizon côtier.

Voilà donc une nouvelle coproduction belgo-hollandaise de qualité. C’est d’ailleurs l’une des précédentes, The Swell, qui a convaincu le directeur de Eén, Olivier Goris, de se lancer dans cette production: “Le gros succès de The Swell a marqué le début d’une très belle collaboration avec les Pays-Bas. C’est formidable que nous puissions à nouveau unir nos forces sur Floodland. Cette fois, la coproduction découle tout naturellement de l’histoire elle-même”.

Floodland, SAISON 1, Inédit, vendredi 26 juillet sur BE SÉRIES à 20h30 – 3 étoiles.

Family Business : la comédie inattendue

On imagine bien le pitch de départ naître d’une longue soirée très arrosée. Gérard Hazan, à la tête d’une boucherie kasher dans le Marais, ne s’en sort plus depuis la mort de sa femme. Quand son fils Joseph, très doué pour les ratages, apprend que la légalisation du cannabis n’est plus qu’une question de semaines, il décide avec ses copains de transformer le magasin familial en coffee shop légal, la boucherie en beuhcherie. Et le délire s’installe autour de cette famille touchante, merveilleusement campée par Gérard Darmon, en veuf mélancolique fan d’Enrico Macias, Jonathan Cohen (alias Serge le Mytho), en menteur pathologique qui vit en secret avec la sœur de son ami Ali (Ali Marhyar, Candice Renoir), Julia Piaton (GlacéQu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu?), en fille attentive qui rêve de s’échapper avec la femme de sa vie, Liliane Rovère (Dix pour cent), en grand-mère indigne, et Louise Coldefy, en bourgeoise folle furieuse.

Si le casting, agrémenté par la prestation bancale mais sympathique d’Enrico Macias, est le premier atout de la série, les dialogues en sont le deuxième. On est cueilli par les répliques, souvent très drôles, puis par cette ambiance contrastée entre la nostalgie pied-noir et la tradition séfarade d’un côté, et de l’autre l’esprit de bande et d’entreprise pas toujours loin de La vérité si je mens. Soyons clairs: tout le monde n’aimera pas Family Business. Le scénario est inégal (il faudrait impérativement réécrire la fin) et, à jouer sans complexe la carte de l’humour potache, la série va parfois trop loin, non dans la transgression mais dans le mauvais goût. Pour beaucoup d’autres, ce sera au moins une belle surprise. Et on suivra avec intérêt les prochaines productions d’Igor Gotesman, créateur, showrunner et réalisateur de cette pantalonnade douce-amère dont Netflix vient de commander la saison 2.

Family Business, SAISON 1, Inédit, NETFLIX – 2 étoiles

Orange is The New Black : l’heure des adieux

En 2013, lorsque Netflix propose la première salve d’épisodes d’Orange Is The New Black, le public ne se trompe pas. Nominée douze fois aux Emmy Awards, la série est sacrée meilleure comédie et reste, aujourd’hui encore, l’une des plus regardées de la plate-forme de streaming. Chaque nouveau chapitre est attendu comme une visite au parloir pour les détenues. Ce succès n’a pas empêché la créatrice, Jenji Kohan, de clore sa saga. Pas question pour elle de faire la saison de trop. Il faut dire que depuis l’incarcération de Piper, l’héroïne, dans le tout premier épisode, tout a été exploré dans Orange Is The New Black. De son évolution au sort de ses codétenues en passant par toutes les thématiques liées au monde carcéral – parfois abordées trop en surface malheureusement -, rien n’a été laissé de côté.

Au terme de la saison 6, tout est en place pour une apothéose. Libérée un peu plus tôt que prévu, Piper est partagée entre le bonheur de vivre sans entraves et la douleur de laisser en prison celle qu’elle a épousée, Alex. Comment le couple va-t-il gérer cette nouvelle étape? Et comment la blondinette va-t-elle se réadapter au monde extérieur, avec l’étiquette d’ex-taularde? À l’intérieur de la prison, d’autres destins vont se jouer, comme celui de Taysee, injustement condamnée… Qu’elle reste ouverte ou non, la fin d’Orange Is The New Black attristera les fans. Qui pourront se consoler avec les propos de Tara Herrmann, productrice exécutive, qui a laissé entendre que la série pourrait être déclinée en spin-off et même en une pièce de théâtre…

Orange Is The New Black, SAISON 7, NETFLIX – 3 étoiles

The Boys : la chasse aux super-héros

Une poignée de super-héros partent en vrille, corrompus par la célébrité. Une équipe de justiciers tente de les remettre dans le droit chemin…  Grosse production d’Amazon Prime Video, The Boys revisite l’univers des super-héros. Que se passerait-il si ces êtres adulés comme des stars venaient à abuser de leurs pouvoirs? La série a lancé l’artillerie lourde côté casting: Karl Urban (Star Trek), Jack Quaid (The Hunger Games), Laz Alonso (Detroit), Tomer Capon (Hostages) et Karen Fukuhara (Suicide Squad) interprètent des justiciers bien décidés à abattre ces super-héros autrefois vénérés. Basé sur la BD à succès de Garth Ennis et Darick Robertson, The Boys réunit toutes les caractéristiques des fictions du genre: violence extrême, ironie et grosses explosions. La base.

The Boys, SAISON 1, Inédit, AMAZON PRIME VIDEO – 2 étoiles

Veronica Mars : la saison qu’on attendait plus

Après trois saisons, cette série du début des années 2000 s’était terminée en 2014 par un film demandé à cor et à cri par les fans. Le long-métrage n’était pas à la hauteur, mais se laissait regarder grâce à l’interprétation de Kristen Bell, vue plus récemment dans l’excellente The Good Place sur Netflix. Et puis surprise: en septembre dernier, l’actrice annoçait sur son compte Instagram le retour de la série qui l’a révélée à l’industrie du divertissement.

C’est la plate-forme Hulu (The Handmaid’s Tale) qui a commandé les huit épisodes de cette nouvelle saison écrite par Rob Thomas, le créateur initial de Veronica Mars. Ce dernier précisait en septembre sur Twitter que cette quatrième partie ne serait pas la suite du film: « Le film était nostalgique, la série limitée de Hulu ne le sera pas… On reviendra aux racines hardcore-noir de Veronica Mars. Nous sommes bien dans un détective show ». Car les affaires reprennent pour le bureau d’enquête Mars Investigations après la mort de plusieurs étudiants venus faire le Spring Break à Neptune (la ville de la série). Veronica et son père son engagés par les parents d’une des victimes pour retrouver l’assassin de leur fils.

Au casting, on retrouve donc avec plaisir Kristen Bell (Veronica), Enrico Colantoni (Keith Mars), Jason Dohring (Logaaaaan), Francis Capra (Weevil) et Ryan Hansen (Dick). De nouveaux visages sont aussi au rendez-vous comme l’oscarisé J.K. Simmons (Whiplash, Spider-Man, Counterpart), ainsi que l’humoriste Patton Oswalt, Clifton Collins Jr. (Westworld) et Mary McDonnell (Danse avec les loups, Battlestar Galactica).

Veronica Mars, SAISON 4, Inédit, HULU – 3 étoiles.

BH90210 : le come-back délirant

La cultissime série des années nonante n’a pas fini de faire parler d’elle. Après un reboot en 2008 (90210 Beverly Hills: Nouvelle Génération), Beverly Hills revient sur FOX le 7 août avec un concept complètement décalé. En six épisodes inédits, plusieurs acteurs et actrices de la distribution originale interprètent leur propre rôle (en version exagérée façon Dix Pour Cent) et cherchent à convaincre la chaîne de créer un revival. Jason Priestley, Jennie Garth, Tori Spelling, Ian Ziering, Gabrielle Carteris et Brian Austin Green ont signé pour l’entièreté de la saison, tandis que Shannen Doherty (qui s’est plus ou moins brouillée avec toute l’équipe) est prévue pour une apparition. Le comédien Luke Perry décédé en mars dernier devait également jouer dans un épisode. Un reboot qui promet de grands moments de gênance, des frissons nostalgiques et un sacré coup de vieux.

Et celles qu’on attend avec curiosité…

Another Life © Prod

Another Life, la nouvelle série SF de Netflix débarque le 25 juillet. Créée par Aaron Martin (Slasher), la série raconte le périple du Commandant Niko Breckinridge (Katee Sackhoff) qui mène la première mission interstellaire de l’humanité destinée à étudier les différentes formes de vie extraterrestre après qu’un engin mystérieux se soit posé sur Terre.

Carnival Row, série de fantasy portée par Orlando Bloom et Cara Delevingne, arrive le 30 août sur Amazon Prime Video. Le projet devait être un film signé Guillermo del Toro. Ce sera finalement une série écrite par René Echevarria (Les 4400) et Travis Beacham. Carnival Row se déroule dans un univers où des créatures mythologiques ayant fuit leur île natale essayent de cohabiter avec les humains dans une époque victorienne aux notes fantastiques. On y suit le détective Rycroft Philostrate (Orlando Bloom) et la fée Vignette Stonemoss (Cara Delevingne) devant collaborer pour élucider une série de meurtres. Quatre épisodes de la série sont réalisés par Jon Amiel connu pour le long-métrage Haute Voltige avec Sean Connery.

Quatre mariages et un enterrement, l’adaptation de la comédie romantique culte de 1994, sera diffusée dès le 31 juillet sur Hulu. Ce sont les créateurs de The Mindy Project (Mindy Kaling et Matt Warburton) qui ont osé s’attaquer à ce classique romantique du cinéma. Comme dans le film, plusieurs amis se réunissent lors d’un mariage à Londres. Devant l’autel, une information explosive les plonge dans une année tumultueuse, entre romances et ruptures. Plusieurs visages connus rythmeront les dix épisodes, comme Zoe Boyle (Frontier), Nathalie Emmanuel (Missandei de Game of Thrones), Brandon Mychal Smith (Sam de You’re the Worst), Sophia La Porta (The Five) et Rebecca Rittenhouse (The Mindy Project).

Sur le même sujet
Plus d'actualité