Laurette Onkelinx « Dans cette nouvelle émission, je vais peut-être oser être impertinente. »

Avec Louis Michel, elle animera Chez Laurette et Louis dès septembre sur LN24, nouvelle chaîne info. Rencontre.

belgaimage-153099996-full

L’émission est baptisée « Chez Laurette et Louis » (au début, on a cru que c’était une blague mais en fait… non) et est drivée par Martin Buxant, l’un des deux initiateurs (avec Joan Condijts) de LN24, nouvelle chaîne d’info en continu. À sa droite et à sa gauche, deux chroniqueurs, nouveaux venus dans la profession – Laurette Onkelinx et Louis Michel (au début, on a cru à un poisson d’avril en plein juillet mais en fait…non). L’émission, qui sera diffusée chaque vendredi soir, sera l’un des rendez-vous les plus attendus de septembre, les noms des protagonistes excitant évidemment la curiosité…   

Après avoir annoncé Christine Ockrent et Patrick Poivre d’Arvor qui prennent place dans l’organigramme, LN24 continue d’abattre ses cartes et prend tout le monde par surprise en plaçant Laurette Onkelinx et Louis Michel sur l’échiquier médiatique francophone. « C’est chouette pour une chaîne de se lancer ainsi, c’est un appui à cette volonté d’une info 24 heures sur 24″, explique Laurette Onlelinx qui avoue ne pas avoir suivi de coaching. « Je ne l’ai jamais fait, même en politique, précise-t-elle. On sait que je parle trop avec les mains, que je roule les « r »… On m’a proposé mille fois de me formater, j’ai toujours refusé. Je veux de la spontanéité, il n’y aura pas d’émission zéro… On se lance et on verra bien. »

Mais qu’est-ce que vous allez faire à la télévision?

Je vais peut-être oser être impertinente. Je vais oser rire, donner mes coups de cœur, m’énerver…

Vous énerver, on a l’habitude…

(Rire.) Je vais parler de mes émotions, de l’actualité évidemment, échanger des idées, mais aussi parler de choses que je n’ai pas l’habitude d’aborder – le sport, la culture, le jardinage…

Le dispositif de l’émission?

Je suis avec Louis Michel et nous abordons toute une série de thèmes d’actualité brûlante, nos coups de cœur, nos coups de colère et, comme je l’ai dit, des domaines qui n’ont plus rien à voir avec la politique.

Vous allez former un duo avec Louis Michel?

Oui, un duo.

Mais vous ne l’aimez pas!

Ah si, c’est une personnalité que j’apprécie vraiment. On n’a pas les mêmes idées sinon ce ne serait pas marrant, mais j’ai beaucoup d’admiration pour lui, pour toute une série de combats qu’il a menés – notamment sur la défense des droits de l’homme… Mais je sais aussi qu’il est capable de vous vendre n’importe quoi, qu’il faut savoir le contester et qu’il faut se méfier de ses énormes grands sourires derrière lesquels il peut vous manger tout cru…

Pourquoi avez-vous accepté cette proposition? Vous allez encore crouler sous le feu des critiques…

Oui, mais au moins, je ne serai pas en manque! J’ai subi des critiques toute ma vie, autant continuer… Je suis quelqu’un de libre, je le fais car c’est chouette, si ça marche, c’est génial, si ça ne marche pas, c’est pas grave…

Vous avez suivi un coaching?

Non, pas du tout. Au niveau politique non plus, je ne l’ai jamais fait….

Avez-vous des modèles? Oprah Winfrey? Roselyne Bachelot?

Pourquoi pas parler d’Oprah Winfrey… Elle a récemment soutenu la série When They See Us autour de la lutte contre les discriminations et pour la justice de classe… Je trouve très bien  sa manière de faire, on ne s’ennuie jamais avec elle. Cette façon de porter des causes, ça m’intéresse beaucoup.

Ce sera donc aussi l’occasion de mettre en avant vos convictions…

Ce sera clairement ça, je ne suis pas une présentatrice neutre. Je suis une femme engagée et je le reste. J’exprimerai mes convictions – qu’on les aime ou non – et j’aurai en face de moi un homme qui n’a pas les mêmes.

Comment vous trouvez les journalistes en Belgique?

Comme en politique, il y en a de grande qualité, et puis, il y a des snuls…

Pourquoi avez-vous décidé de vous retirer de la vie politique? C’est devenu trop violent?

Non, je n’ai pas envie de dire ça parce que je suis toujours heureuse de voir des jeunes s’engager en politique… C’est un monde où on a besoin de sang neuf, de nouvelles idées… La première fois que j’ai été élue, c’était en 1988. J’ai connu le roi Baudouin, moi!  Il est temps de laisser la place aux jeunes…

Place aux jeunes… Au PS, tout  le monde ne pense pas la même chose!

Il y a quand même des nouvelles   pousses qui apparaissent, peut-être pas suffisamment et certainement pas assez de femmes… Mais celles qui sont là, elles vont vous étonner…

Suivez-vous les commentaires qu’on poste à votre propos sur les réseaux sociaux?

Non, j’ai envie d’avoir une belle vie

Sur le même sujet
Plus d'actualité