ZZ Top, That Little Ol’Band sur Arte: deux barbus et un moustachu

Arte rend un vibrant hommage à ZZ Top qui fête ses 50 ans le 25 juin à Forest National.

belgaimage-148980598-full

« Venez nous voir en concert. Après 50 ans, je crois pouvoir affirmer qu’on commence à se débrouiller pas trop mal!” Lancée en forme de boutade, l’invitation de Billy F. Gibbons, 69 ans, guitariste et chanteur de ZZ Top, ne se refuse pas. Le trio qu’il a fondé à Houston avec le bassiste Dusty Hill et le batteur Frank Beard a écrit l’une des plus étonnantes histoires du rock and roll, admirablement contée par le réalisateur canadien Sam Dunn dans un documentaire de nonante minutes diffusé par Arte à la veille de leur concert anniversaire à Forest ce 25 juin.

Voilà une formation qui n’a jamais changé de personnel depuis 1969. Voilà trois réfractaires aux conventions qui ont apporté au blues traditionnel un son moderne et un sens de la dérision unique. Voilà trois péquenauds du Texas qui ont invité des top models californiens dans leur Ford V8 filant à toute allure sur une route poussiéreuse (les clips de Legs et Gimme All Your Lovin bombardés sur MTV dans les années 80). Voilà “un vieux petit groupe du Texas” (appellation contrôlée) qui a surmonté toutes les modes et retourné tous les commentaires négatifs à son avantage pour finalement laisser un héritage musical forçant le respect des puristes. ZZ Top: deux barbus (Billy et Dusty) et un moustachu (qui s’appelle Barbe/Beard, trop fort) devenus malgré eux des icônes identifiables au premier regard et au premier riff de guitare.

Entre des bisons vivants qui se promenaient sur scène durant leur première tournée mondiale en 1974, le tube Moskow Diskow du trio électro belge Telex qui introduisait leurs concerts en 1980, les louches de synthés du blockbuster “Eliminator” (15 millions d’exemplaires en 1983), les chapeaux de cow-boy et les santiags cirées à la bouse de vache, ZZ Top a signé un paquet de classiques (La grange, Goin’ Down To Mexico, Blue Jean Blues, Bar B-Q) toujours célébrés aujourd’hui. Si ces mecs-là n’avaient pas existé,      personne n’aurait pu les inventer.

Le 25/6. Forest National, Bruxelles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité