Charmed: nos sorcières bien-aimées sont de retour

Charmed fait son come-back, après douze années d’absence. De quoi satisfaire les nostalgiques?

0717004

On ne parlait pas encore d’âge d’or des séries à cette époque-là. Et pourtant. Si le public adulte avait de quoi se régaler avec des productions telles que The X-Files ou Urgences, du côté des ados, un feuilleton fantastique s’apprêtait à marquer irrémédiablement toute une génération, dès 1998, à savoir Charmed. Ou l’histoire de trois frangines – les sœurs Halliwell – dotées de pouvoirs magiques, farouchement décidées à lutter contre les forces du mal. Douze années après l’annulation de cette fiction qualifiée de culte aujourd’hui, voilà que Charmed s’offre un lifting pour nous revenir avec des personnages flambant neufs, et de nouvelles actrices. Pas question, donc, de retrouver dans ce “reboot” (entendez par là “redémarrage”) Shannen Doherty, Holly Marie Combs et Alyssa Milano, les comédiennes d’origine, désormais remplacées par trois autres recrues, plus représentatives en termes de diversité.

Dans cette remise au goût du jour, qui ne prend plus place à San Francisco mais à Hilltowne, les sœurs Vera, Mel (Melonie Diaz) et Maggie (Sarah Jeffery) s’aperçoivent après la mystérieuse mort de leur mère non seulement qu’elles ont une aînée qu’elles ne connaissaient pas, Macy Vaughn (Madeleine Mantock), mais qu’en plus, elles disposent chacune d’une capacité bien précise. Quand l’une a la possibilité d’arrêter le temps, l’autre peut lire dans les pensées, alors que la troisième, douée de télékinésie, est capable d’agir sur la matière. On s’en doute, là aussi, les trois sorcières vont avoir l’obligation de s’allier pour combattre les ténèbres. Si les aficionados de l’original auront bien du mal à s’habituer à cet environnement inédit, les plus jeunes devraient facilement s’enticher de ce remake parfaitement réalisé, mais sans grande surprise. À réserver plutôt aux profanes, au final.

Sur le même sujet
Plus d'actualité