Tout est bon dans le cochon?

Pourquoi la viande de porc allemande est-elle la moins chère d’Europe? Réponses dans le documentaire "Le vrai goût de la viande pas chère" sur Arte.

belgaimage-138489867-full

Nous savons tous que l’image idyllique de petits porcelets gambadant dans une large prairie ensoleillée ne correspond pas à la façon dont les porcs sont majoritairement élevés en Europe. Sur le Vieux Continent, les Allemands sont les champions de la consommation de cochons. Pour satisfaire cette large demande, le pays produit en masse. Avec une autosuffisance de 120 %, il exporte ces 20 % restants en Europe à prix cassé. 90 % du porc allemand provient d’élevages industriels où les animaux sont entassés les uns sur les autres dans des hangars sur caillebotis, coupés de la lumière du jour.

À peine arrivés, les porcelets de 26 kilogrammes sont engraissés pendant quatre mois pour atteindre les 120 kilogrammes visés par les éleveurs. C’est une prise de poids de 900 g par jour. Pour garder un flux de porcs constant, les truies sont inséminées artificiellement et passent 50 % du temps dans une cage. Subissant trois portées par an, elles finissent épuisées et sont envoyées aux abattoirs. Dans les 900 élevages industriels d’Allemagne, l’optimisation du rendement et de l’espace est reine. Dans ces immenses hangars, tout (ou presque) est automatisé et la caméra de Jens Niehuss n’y croise aucun employé. Les travailleurs se trouvent dans les abattoirs où une main-d’œuvre pas chère venant d’Europe de l’Est est employée dans des conditions désastreuses. Avec un contrat illisible lié à leur logement, les salariés exploités n’osent pas démissionner sous peine de finir à la rue et sans le sou.

Pour compléter cet horrible tableau, l’élevage industriel est également un danger pour l’environnement et notre santé, notamment à cause de la pollution des nappes phréatiques qu’il engendre. Complète et très documentée, l’enquête « Le vrai goût de la viande pas chère » dresse le bilan d’une situation catastrophique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité