L’île de la tentation: résurrection d’une émission mythique et lamentable

C'était en 2002, au début de l'été. TF1, plongée dans la télé-réalité jusqu'au cou, mettait sur antenne la plus hypocrite des émissions du genre. 

ile_de_la_tentation_plug_rtl

Sur une île paradisiaque, des couples à la vie à la mort qui voulaient « tester leur amour » avant un bébé ou un mariage, étaient séparés, chacun sur leur plage parsemée de huttes coquettes, et livrés à d’affriolants «tentateurs» décidés à les faire craquer devant les caméras. Mini bikinis, stripteases calculés, alcool à profusion, piscines accueillantes et candidats pas trop farouches… On se retrouvait en fin d’émission avec des images forcément très chaudes et bien montées présentées à monsieur ou madame avec des questions comme « Que voyez-vous? » ou « Que ressentez-vous face à ces images? ». À ton avis?

Dix-sept ans plus tard, W9 reprend le concept et Plug RTL diffuse cet ingrédient indispensable à tout amour au long cours avec, semble-t-il, un esprit un peu plus bienveillant qu’à l’origine – la preuve: ce ne sont plus des tentateurs mais des célibataires à la recherche de l’amour! – et Julie Taton qui présente l’émission. Parmi les cinq futurs ex-couples, deux Belges. Aïe. Les Montois Molie et Kevin, respectivement coiffeuse et coach sportif, et les Bruxellois Lysa et Nicolas, hôtesse de l’air et étudiant/agent immobilier. Plus trois célibataires bruxellois, Aurélie (secrétaire de 22 ans), Valentin (steward de 28 ans) et Gauthier (vidéaste de 27 ans). Soyons honnêtes, on s’attend au pire. Mais l’émission devrait au moins susciter la curiosité des plus jeunes qui ont raté la version originale, réjouir les instincts les plus cyniques des plus cyniques, et donner un avant-goût de vacances à ceux qui rêvent de soleil et de lagons bleus – ou de pectos glabres et de fesses bronzées.

Sur le même sujet
Plus d'actualité