Petite visite de Moulinsart, mille sabords!

Côté jardins nous balade dans les cent hectares de Cheverny, célèbre pour avoir inspiré Hergé.

403177de-62a9-11e9-92e1-96e06bd2e8aa_web_

Depuis ce printemps, Jamy Gourmaud a rangé la mobylette vintage de Comme une envie de jardins pour aborder les grands domaines nationaux français. Encore une émission patrimoniale? C’est pas sorcier vire Stéphane Bern? Pas tout à fait. Si, effectivement, le reportage met en avant un lieu historique et le décrit dans le temps, l’approche de Jamy reste technique, scientifique, même dans l’Histoire. Lorsqu’il aborde le parc extraordinaire du château de Cheverny, il ne s’attarde pas sur les grands de ce monde qui en ont foulé les allées. Il en décrit la création, l’évolution. Autour de lui, l’ex-“sorcier savant” réunit avant tout des jardiniers et des artisans qui vont, les mains dans la terre et la tête dans les plans et les dessins d’archives, expliquer tous les secrets des plates-bandes que l’on visite.

C’est l’occasion, pour celui qui publie ce printemps Mon tour de France des curiosités naturelles et scientifiques (Stock), de mettre en avant des savoir-faire anciens, impressionnants de complexité, détenus par les sculpteurs et les paysagistes d’aujourd’hui. À Cheverny, il y a à dire. Le château, toujours habité et exploité par des particuliers (le marquis et la marquise de Vibraye), est marqué par sa grande allée de six kilomètres et son style XVIIe, “à la française”. Dès lors, il se trouve confronté au très actuel problème de la pyrale du buis, qui met en péril ses paysages et topiaires. La gestion du sujet à Cheverny, via des pesticides naturels et bio, est remarquable. Tout comme l’inventivité du maître jardinier, qui, à côté de la rivière, de l’orangerie, du chenil, du colombier et des arbres vénérables, sait créer l’événement au fil des saisons. On y verra ainsi le potager bouquetier et le très romantique jardin des apprentis. De la beauté et de la connaissance, merci Jamy, comme toujours.

Sur le même sujet
Plus d'actualité