Tout le monde debout : comédie en fauteuil

Débarrassé de son mini-maillot du Camping, Dubosc signe une comédie sur le handicap. Pas gnangnan et vraiment drôle.

d0512184-5ab6-11e9-bdcb-e12994150ea6_web_

Rire sur le handicap, fallait oser. Franck Dubosc l’a fait! Attendez, ne partez pas tout de suite. On connaît le beauf rigolard, mais Dubosc est comme tout le monde: un homme à plusieurs facettes. C’est donc le Dubosc plus méconnu, l’homme sen– sible, celui que l’on sait pourtant depuis toujours hanté par la fuite de l’âge et la décrépitude, qui montre ici le bout de son nez. Et même le bout de sa caméra, car Dubosc a mis aussi sa casquette de réalisateur pour l’occasion. Et il est plutôt pas mal.

Bien entendu, il filme le Dubosc acteur qui, lui, demeure un petit séducteur (un peu) ringard et (beaucoup) menteur… ce qui amène d’ailleurs son personnage (un patron hâbleur de la chaussure) à se servir d’un fauteuil roulant pour draguer une jolie voisine blonde aux jambes longues. Laquelle lui présentera sa sœur aux jambes immobiles. Bien vite, les amusants quiproquos vont laisser la place au rire sensible, jamais condescendant, le cinéaste tenant toujours à bonne distance son sujet, sans verser dans le pathos facile ni dans le rire gêné. Le thème était casse-gueule. Ses premiers pas dans la réalisation, Dubosc les a faits à la façon d’un équilibriste chevronné. En nous faisant rire. Chapeau!

Sur le même sujet
Plus d'actualité