Retour aux sources : Germains et nous

Dans ce numéro en prime, Retour aux sources révèle les recherches peu connues de l’Ahnenerbe.

ed491bb2-59ed-11e9-9606-c233179bd9ae_web_

On se souvient, dans Indiana Jones, des expéditions d’archéologues allemands en quête du Graal ou de l’Arche perdue. Spielberg se fonde sur une vérité histo– rique. Dès 1935, Heinrich Himmler, chef des SS, fonde en effet l’“Ahnenerbe”. Ahne signifie “ancêtres”, et erbe, “héri– tage”. Le but de ce rassemblement des meilleurs savants et chercheurs du temps est de retrouver les traces de la race germanique. Et surtout de démontrer que dès les époques les plus anciennes, les Aryens étaient les rois du monde. Quitte à annexer les civilisations qui auraient pu leur faire de l’ombre. On verra donc, durant 90 minutes, le travail de ces archéologues sans vergogne, qui ne se limitèrent pas à graver des croix gammées sur de vraies fausses poteries, mais prétendirent que les runes vikings étaient plus anciennes que les hiéroglyphes ou que les vestiges néolithiques trouvés en France étaient d’origine germaine.

À l’entrée en guerre, le pillage des pays annexés est systématique. Et un pas supplémentaire dans l’abject est franchi. Des départements s’occupent de la balistique, de la technologie. D’autres les testent sur des détenus des camps, soumis aux expériences les plus atroces. Le documentaire de David Korn-Brzoza maîtrise bien cette gradation, cet entraînement hors de toute limite que la SS a infligé à la science. S’il commence par faire sourire, par l’évocation des croyances ésotériques absurdes de Himmler (qui pensait les Germains issus de l’Atlantide et cherchait le marteau de Thor), s’il ne tait pas l’apport des chercheurs allemands à la science de la préhistoire, il nous plonge ensuite dans la stupeur face à la souffrance des gens. Balisé d’images d’archives inédites et de commentaires de scientifiques, soutenu par la voix off de Vincent Lindon, très grave, ce film informe et questionne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité