Reporters part à la découverte de la Diagonale des fous

Reporters rallie la Réunion, à la découverte de l'un des trails les plus exigeants du monde.

la_diagonale_des_fous_belgaimage-97285933

163 kilomètres de course, plus de neuf kilomètres et demi de dénivelé positif, des écarts de températures spectaculaires entre la nuit et le jour… Pas un hasard s’ils l’appellent la Diagonale des fous. Chaque année, à la fin du mois d’octobre, l’île de la Réunion voit 2500 dingues se lancer dans un parcours dont le point de départ n’est ni plus ni moins que l’ascension du massif du piton de la Fournaise. Un participant sur trois ne terminera pas l’épreuve. Cette semaine, l’équipe de Reporters chausse ses joggings et s’inflige la douleur de ceux qui parviennent à prendre du plaisir dans l’intense souffrance physique. L’émission de Michael Miraglia dresse au passage une jolie petite carte postale du département français d’Outre-Mer réputé pour ses volcans (faisant office de spots d’escalade), ses plages et ses récifs de corail.

Le succès de la Diagonale des fous, de son vrai nom “le Grand raid”, prouve aussi l’engouement impressionnant qui entoure la course à pied et plus précisément l’ultra-trail. Les courses comme le Grand Raid croulent sous les demandes d’inscription et les listes d’attente alors que les médecins se déchirent sur les bienfaits ou non du jogging à haute intensité. Quoi qu’il en soit, les valeurs sportives y existent encore bel et bien. La course de l’édition 2018 l’a prouvé. Deux des plus grands athlètes de la planète, François D’Haene et Benoît Girondel, ont décidé, plutôt que de se disputer la victoire en sprint après 23 heures d’efforts, de parcourir les cinq derniers kilomètres ensemble et de passer la ligne d’arrivée main dans la main. Preuve que si l’argent et les sponsors investissent doucement le milieu de la course, il parvient à garder son âme. Au sein du peloton, l’entraide dépasse encore l’esprit de compétition.

Sur le même sujet
Plus d'actualité