Génocide au Rwanda : les héritiers de l’horreur

Comment le génocide impacte-t-il encore la société rwandaise, vingt-cinq ans après ? La jeune génération témoigne.

bc81a03e-4ed6-11e9-8ea0-1d7a4c0af9fb_web_

Entre avril et juillet 1994, le Rwanda a connu l’un des pires épisodes de son histoire. En trois mois, le génocide des Tutsis par les Hutus a fait plus d’un million de morts. Une frénésie meurtrière qui a profondément marqué le pays: les survivants tutsis ont perdu des proches, les familles hutues ont des criminels parmi les leurs. 25 ans après, André Versaille a rencontré Joseph, Clémentine, Ange, Denis…, des jeunes Rwandais qui n’ont pas connu les massacres. Mais ils ont été élevés dans une société encore traumatisée. On leur a expliqué, à l’école, ce qui était arrivé peu avant leur naissance. Ils ont alors compris le chagrin de leur mère, l’emprisonnement de leur père…

Les enfants de Hutus s’étonnent d’une telle haine, ils sont particulièrement interpellés par les massacres des plus jeunes. Mais ils n’osent pas demander, par peur de ce qu’ils pourraient apprendre. Les enfants de Tutsis craignent de toucher à des plaies qui ne se refermeront jamais. D’autant que certains d’entre eux sont issus d’un viol commis à cette période. À travers leurs témoignages, on lit la souffrance de leur génération, comme celle desprécédentes. Ce poignant reportage est suivi d’un autre, sur les Inkotanyi, des cadres politiques et officiers de l’ex-guérilla dont faisait partie Paul Kagamé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité