Astrid et Raphaëlle, une association insolite

Une flic et une documentaliste mènent l’enquête dans une nouvelle série coproduite par la RTBF.

85377dce-4ed6-11e9-8ea0-1d7a4c0af9fb_web_

Commandante de police, Raphaëlle Coste est au placard depuis une enquête un peu trop poussée sur un député européen. Le suicide d’un homme sur un parking va lui donner l’opportunité de se refaire une réputation. Une enquête qu’elle juge d’abord ba-nale avant de se raviser. L’homme s’est en effet immolé après avoir retiré une grosse somme d’argent. Tout comme l’avait fait deux ans auparavant un médecin. Partie à la chasse aux informations au centre de documentation judiciaire, Raphaëlle y rencontre Astrid, atteinte du syndrome d’Asperger. La jeune archiviste, qui passe ses journées à scanner des dossiers, est dotée d’une fantastique mémoire et met Raphaëlle sur la piste d’une enquête plus complexe.

Le pilote de cette nouvelle série nous fait invariablement penser à The Good Doctor. Comme Shawn Murphy, Astrid vit une situation familiale difficile mais peut compter sur l’aide de son tuteur. Comme le jeune médecin, elle est sortie de l’isolement provoqué par sa maladie – grâce à son job -, mais doit régulièrement faire face à l’incompréhension de ceux qui ne savent pas. Un personnage qui nous émeut et nous fait sourire, sans moquerie. Cet attachement s’explique en partie par la prestation de Sara Mortensen (Astrid – photo), très à l’aise en dehors de Plus belle la vie. Face à elle, on retrouve l’excellente Lola Dewaere (Raphaëlle) qui enchaîne elle aussi les rôles. L’actrice avoue préférer la télévision au cinéma et s’y incruste de plus en plus souvent. Elle sera d’ailleurs dans la prochaine série événement de France 2, Nouvelle vague, remarquée au Festival Séries Mania. Si les audiences d’Astrid et Raphaëlle sont satisfaisantes, cet épisode unique pourrait devenir une série. Lors de sa diffusion sur la RTBF, il avait réuni 236.000 personnes. De quoi laisser de l’espoir…

Sur le même sujet
Plus d'actualité