KGB: des agents très spéciaux

Grâce à un documentaire très complet en trois épisodes, Arte revient dans les couloirs du KGB.

belgaimage-146420221-full

Tchéka, NKVD, GPU, KGB, FSD… Quel que soit le nom qu’on leur ait donné au fil des années, les services de renseignement russes ont de tout temps exercé une influence considérable sur le pouvoir national mais également sur l’équilibre mondial. Le documentaliste Jamie Doran (multirécompensé pour son travail sur Daech en Afghanistan) s’est penché sur ce service secret entouré de mystères. Symbolisé par un sabre et un bouclier, il suscite à la fois crainte et fascination. Une légende largement alimentée par l’industrie du divertissement, notamment cinématographique. Loin des clichés, le réalisateur irlando-écossais propose un travail de longue haleine, en trois épi– sodes de 50 minutes, sur l’histoire des services secrets russes.

Tout commence par la création de la Tchéka, en 1917. C’est un combattant bolchevique, Félix Dzerjinski, qui a mis sur pied cette police politique respon– sable de nombreux massacres de masse. Ensuite renommés GPU, les services de renseignement aux actions très radicales ont participé à la Grande Terreur, qui a fait plus de deux millions de victimes en 1937-1938. Ces mêmes services secrets ont joué, quelques années plus tard, un rôle majeur dans la lutte contre l’avancée nazie. Sous le nom de KGB, ils ont ensuite été un acteur-clé de la guerre froide avant de renaître sous le nom de FSD et de soutenir Vladimir Poutine (ancien officier du KGB) et ses actions à la tête de l’État russe. Au travers d’archives historiques mais également de témoi-gnages d’anciens agents et de victimes, le reportage de ce soir dépeint une agence au pouvoir d’influence inimaginable. Un organisme d’une grande rigueur, qui a travaillé dans l’ombre de nombreux événements historiques, comme la crise des missiles de 1962 ou la deuxième guerre de Tchétchénie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité