Bruxelles : quand l’art s’en mêle

France 24 part à la rencontre des artistes bruxellois qui défendent la diversité de la capitale.

a_laffiche_france_24

Avec ses cent quatre-vingts nationalités différentes, Bruxelles est la deuxième ville la plus cosmopolite au monde après Dubaï. À travers les témoignages de différents artistes basés à Bruxelles, le magazine A l’affiche, présenté par Louise Dupont sur la chaîne d’info continue, met à l’honneur la diversité culturelle de la capitale européenne. Rencontre, tout d’abord, avec Juliette Lacroix et Hussein Rassim. Elle est française et violoncelliste. Lui est irakien et manie à merveille le oud, instrument à cordes populaire au Moyen-Orient. Ensemble, le couple, qui s’est rencontré à Bruxelles en 2015, a formé le groupe Nawaris. Hussein nous emmène sur les lieux qui ont marqué sa vie depuis son arrivée en Belgique. Né à Bruxelles, de parents congolais, Badi se définit comme Belgicain (contraction entre Belge et Africain). Fier d’être Belge, le rappeur reste néanmoins très attaché à ses origines. Il accompagne Louise Dupont à l’Africa Museum. Le musée a récemment rouvert ses portes et se veut désormais “décolonisé”. 

Judith Vanistendael, scénariste et illustratrice de bandes dessinées, elle, vit à Molenbeek depuis 16 ans. Crayon à la main, la bédéiste raconte son combat contre les préjugés racistes. Dans son livre Rosie et Moussa, deux enfants de milieux sociaux complètement différents se lient d’amitié dans un immeuble du quartier. À Molenbeek toujours, la Maison des Cultures et de la cohésion sociale organise gratuitement différents ateliers pour les habitants de la commune. Zakaria El Bakkali initie les jeunes Molenbeekois à la photographie et à la vidéo tout en essayant de déconstruire les stéréotypes. Un parcours fascinant, curieux de ceux qui font battre le cœur de la ville. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité