Rendez-vous en terre inconnue avec Franck Gastambide et sans Frédéric Lopez

Ce 27e Rendez-vous en terre inconnue s’est fait sans Frédéric Lopez. Franck Gastambide a encaissé. 

rv_terre_inconnue_f2

Accepter de partir dormir dans le sable dans des régions où la main de l’homme n’a jamais mis le pied et encore moins une antenne gsm, c’est déjà audacieux. Surtout lorsqu’on a vu les 26 épisodes précédents, durant lesquelles des vedettes pleurent, s’énervent, suent, boivent du lait à même le yak et confient tous être sortis bouleversés de l’expérience. On en rêve. Mais en vrai, ça fait peur. Frédéric Lopez n’a jamais caché nouer des liens étroits avec ses futurs compagnons de route, pour les préparer à faire le grand saut en sa compagnie. C’est une aventure partagée, Rendez-vous en terre inconnue. Et la personnalité bienveillante de son chef d’orchestre participe de l’envie d’y participer.

On comprend donc la surprise et la colère de Franck Gastambide lorsqu’il apprend, à l’aéroport, devant les caméras, que l’animateur historique ne l’accompagnera pas. Les images sont fortes, mais le procédé limite. L’acteur-réalisateur de Taxi 5 a confié lors de la conférence de presse et sur le plateau de Vivement dimanche combien la pilule avait été difficile à digérer. La séquence offre un beau départ à Frédéric Lopez, qui avait le droit de dire au revoir à son programme et à son public. Mais elle entache le démarrage de cette édition. Et celui de Raphaël de Casabianca. Heureusement, l’arrivée dans l’Himalaya, auprès des nomades Van Gujjar, va changer la nouvelle équipe d’air et de mood. Le dépaysement total fait toujours son effet. Le duo va prendre ses marques. L’aventure humaine, l’amitié qui se crée, restent belles. Raphaël de Casabianca, venu d’Échappées Belles, doit encore s’installer. L’ombre de Fred plane encore. Mais ce numéro nous montre que le concept survit à son créateur. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité