La justice au tribunal

Trois sujets, trois visions de la Justice belge et malheureusement peu d’optimisme. Quoique…

devoir_enquete_belgaimage-141236279-full

Désincarnée, mal-aimée, maltraitée. Ces dernières années, la Justice belge en prend pour son grade au sein de nombreuses couches de la société. À travers trois reportages, Devoir d’enquête tente de plonger au plus profond de l’océan judiciaire… pour en dénoncer les travers mais aussi souligner les réussites. Le premier sujet dévoile le quotidien de plusieurs justiciables ou avocats, lassés d’attendre que la Justice se penche sur leur cas. Vu le manque de magistrats, la Cour d’appel de Mons a par exemple été fermée en janvier et février 2019. De quoi retarder d’autant plus les échéances et les espoirs des citoyens concernés par des procès. À Namur, l’enquête des journalistes de la RTBF révèle par ailleurs que le Parquet porte uniquement attention aux plaintes quand elles relèvent au minimum de pensions alimentaires non payées ou de gardes d’enfants non respectées. Ce deuxième documentaire, intitulé Chronique d’un naufrage annoncé, se focalise ainsi sur les raisons de cet abandon judiciaire qui force de plus en plus de magistrats à sortir de l’ombre pour appeler à une mobilisation générale des citoyens.

Heureusement, il existe de vraies bouées de sauvetage humaines, incarnées et indépendantes de toutes pressions extérieures. Juge de paix depuis près de 20 ans à Châtelet, à côté de Charleroi, Fabienne Denoncin en est une. Moins théâtrale qu’Anne Gruwez (Ni juge ni soumise), la Carolo incarne totalement cette justice de proximité chère à la population. L’équipe de Devoir d’enquête la suit en audience publique, dans le huis clos de son bureau, à l’occasion de ses visites dans les hôpitaux ou au domicile des plus précarisés. Au centre de son travail, toujours la même ritournelle: la défense de l’humain. Mais cette justice a-t-elle un avenir? Combien de temps Fabienne Denoncin et ses collègues pourront-ils encore s’exprimer alors que de plus en plus de bureaux de justice de paix ferment leur porte?

Sur le même sujet
Plus d'actualité