La carte aux trésors s’envole au-dessus de la Somme

Direction les Hauts-de-France pour cette nouvelle édition de la Carte aux trésors.

carte_aux_tresors_f3

« Ch’est muché din l’ère à ch’René.” Ce premier indice est maigre, mais c’est le seul dont disposent Frédérique et Dimitri pour lancer leur quête aux trésors dans l’envoûtant département de la Somme. Au départ des impressionnantes falaises d’Ault, à la côte, les deux candidats se retrouvent très vite à Amiens. Deuxième plus grande ville des Hauts-de-France après Lille, cette cité de 400.000 habitants dispose d’une cathédrale tellement grande qu’elle pourrait accueillir Notre-Dame de Paris. Amiens voit clairement les choses en grand puisque sa tour Perret, un immeuble résidentiel du centre, a longtemps été la plus haute d’Europe de l’Ouest en culminant à 100 mètres.

Pour la faire courte, ce sont surtout les “hortillonnages” qui intéressent Frédérique et Dimitri à Amiens. Ce réseau de 2000 jardins flottants, séparés par des canaux longs de 65 kilomètres, s’étale sur 300 hectares. Aujourd’hui, si la culture des légumes est moins courante, il existe toujours le label « Les ‘tcho Légumes de Hortillons« . Pendant leur périple, les candidats rouge et bleu seront également amenés à découvrir plusieurs lieux de mémoire qui rendent hommage aux soldats tombés pendant la Première Guerre mondiale. À Naours, une cité souterraine est ainsi recouverte de graffitis et de signatures de soldats. Ces deux kilomètres ont servi de refuge pendant les guerres d’invasion, puis ont eu une nouvelle vocation pendant la Grande Guerre. Cette grotte était tout bonnement devenue un lieu « d’excursion » pour les soldats de la ligne arrière lors de leurs périodes de convalescence ou de repos. Pour la plupart originaires du Canada, des USA ou encore d’Inde, ces militaires ont laissé des traces claires pour être identifiés. De nos jours, des milliers de familles viennent se recueillir en pèlerinage dans ce souterrain.

Sur le même sujet
Plus d'actualité