L’histoire vraie de l’odyssée du loup solitaire

L'histoire poignante du loup banni par les siens, et, comme souvent, chassé par les hommes.

odyssee_loup_f2

Plus proche de la fiction que du documentaire, ce film réalisé par Vincent Steiger aura eu besoin d’un an d’écriture, de six mois de préparation ainsi que de douze mois de tournage aux côtés de professionnels. Quand le réalisateur a entendu parler de l’histoire d’un loup qui avait survécu seul dans la nature pendant une très longue période, il a eu envie de l’adapter à l’écran. En effet, ce n’est pas commun. Normalement, les loups fonctionnent en meute où chacun à un rôle bien défini au sein du groupe. L’histoire de Slava est celle d’un jeune loup rejeté par ses pairs. Forcé de trouver un nouveau territoire, Slava va parcourir 3500 kilomètres à travers l’Europe, des forêts de Roumanie jusqu’aux côtes de l’Océan Atlantique. Il va devoir traverser des frontières, se frotter à l’omniprésence humaine et au danger des prédateurs, trouver à manger pour survivre.

En chemin, il rencontre l’amour. Une louve solitaire avec qui il va pouvoir former une meute et, peut-être, assurer la survie de son espèce. Par le biais d’une enquête fouillée, des scientifiques ont pu retracer l’itinéraire du loup qui a vraiment vécu ce périple. Du départ à l’arrivée, la caméra se positionne du point de vue de l’animal: on l’accompagne dans ses besoins, ses peurs et ses aventures. Le tout est évidemment romancé, puisque des scènes ont été créées spécialement. C’est aussi grâce au travail titanesque du dresseur que le rendu est possible. Depuis 25 ans, Pascal Tregy se concentre sur la technique de l’imprégnation avec l’animal, c’est-à-dire, le fait de l’habituer à la présence de l’Homme dès la naissance. Pourtant, c’est bien lui qui abattu le dernier loup il y a 100 ans en France. Ce film, raconté par Kad Merad, ne prend parti ni pour l’un ni pour l’autre mais explore la possibilité d’une cohabitation.

Plus d'actualité