Snowfall saison 2 : le nez dans le trafic de crack

Passé un brin inaperçue en Europe, la série Snowfall déroule une saison 2 encore plus réussie que la première. Bienvenue dans les coulisses déroutantes de l'usine à crack qui a gangrené l'Amérique au milieu des années 80.

snowfall_betv

On l’avait laissé dans le Los Angeles des eighties, au cœur d’un trafic de cocaïne encore balbutiant, mais déjà terriblement puissant. Franklin Saint, personnage magnétique qui s’est élevé dans l’échelle sociale en semant de la poudre blanche des ruelles sombres du «hood» aux quartiers chics de la cité des Anges, est de retour, prêt à étendre son réseau pour s’assurer un avenir. Un seul mot d’ordre? Ne jamais s’en mettre dans le nez. C’est ce qui le préserve, lui assure de s’élever face à des concurrents prompts à tester la marchandise. Car Franklin n’a rien de la petite frappe emblématique des cités, ni du boss vicieux d’un trafic dangereux, il est calme et enjoué. Cérébral et ambitieux.

L’épidémie de crack qui a ravagé le sud de la Californie dès 1984 sert de fil rouge dans cette deuxième salve d’épisodes, qui utilisent tant les codes de la fiction que ceux du documentaire. Une manière de se plonger dans le passé peu glorieux des États-Unis période Ronald Reagan. Dans la misère sociale et sanitaire de l’époque, ce qui frappe, c’est la capacité de certaines têtes brûlées à utiliser la déchéance comme un marchepied. Avec l’émergence du crack, les marges bénéficiaires sont plus importantes. Par contre, les forces de l’ordre sont moins clémentes. C’est ce jeu du chat et de la souris entre CIA, policiers, trafiquants et producteurs que raconte Snowfall. Les bases historiques de cette catastrophe américaine permettent au réalisateur, John Singleton, d’explorer les éléments structurels qui l’ont précipitée, mais donnent aussi à la série un optimisme parfois déformé. Le bonus, c’est que si vous avez raté la première saison de Snowfall, vous pouvez tout de même vous lancer à corps perdu dans ces nouveaux épisodes. La trame narrative est tellement bien développée que le récit de cette saison 2 fonctionne à lui tout seul.

Sur le même sujet
Plus d'actualité