Sally4Ever: première saison délicieusement trash

Scato, provoc’, exag’, Sally4Ever concentre les défauts qu’on adore dans les comédies anglaises. 

sally4ever_doc

Comment appelle-t-on une pénétration par le gros orteil? Une halluxomie? Voilà le genre de questions qui traverse la tête devant cette série HBO signée par l’humoriste Julia Davis. Et, my god, ça fait du bien! Dans notre époque où Marie Kondo et Paulo Coelho imposent la pensée feelgood, ce pur concentré de trash envoie une grande bouffée d’air frais. Paradoxe, puisque Sally4Ever abuse de l’humour pipi-caca-vomi jusqu’à l’insoutenable.

N’attendez pas un pitch révolutionnaire. Sally s’ennuie depuis dix ans dans son job et dans son couple avec le terne David. Alors qu’il vient de la demander en mariage, Emma, actrice, chanteuse, libérée, la séduit lors d’une soirée. La voilà entraînée sur les voies du péché et dans les griffes de la tentatrice. D’épisode en épisode, tout le monde en prend pour son grade, vieux et handicapés compris. Les situations atroces et les catchlines drôles s’enchaînent, servies par des comédiens épatants. Difficile de pousser l’outrance plus loin. On imagine mal une deuxième saison. Alors savourons la première, jusqu’à l’écœurement peut-être, mais avec délices.

Sur le même sujet
Plus d'actualité