Le grand oral : Cicéron à The Voice

Dans ce Grand oral, Laurent Ruquier offre une tribune aux tribuns de la plèbe. Ils sont 12 à rivaliser de bons mots.

grand_oral_f2

Un concours d’éloquence à la télé, c’est une idée de Michel Field et elle est dans l’air du temps, on en veut pour preuve le succès des conférences TED (Technology, Entertainment, Design) et la vague des stand-ups. 450 quidams forts en verbe ont passé le casting. Il en est resté douze, qui représentent, selon le producteur, la “France des gilets jaunes”, soit un mélange de genres, de milieux socio-économiques et de générations, qui ont beaucoup à dire et réclament d’être entendus. Comme à The Voice, un jury les départagera au travers des épreuves. D’abord l’oral, 2 minutes 30 pour se présenter en solo sur la scène du Cirque d’Hiver parisien. Ensuite des battles, puis la finale des trois derniers en lice. On remarque un savant dosage de profils: un scientifique, un papa chauffeur de bus, un retraité bénévole, Norman, fils de Valérie Damidot et rappeur, un forain, un interne en médecine, une avocate atteinte de surdité profonde…

Dans les fauteuils des juges, on retrouve Sonia Rolland, Oxmo Puccino, l’ineffable Dominique Besnehard, l’ancienne ministre Roselyne Bachelot et l’avocat Bertrand Périer (photo). Le mot d’ordre est à la bienveillance et à l’encouragement. Pour emballer le tout sous la baguette et la faconde de Ruquier, on verra Laura Laune (à droite), un bêtisier des politiques, un sketch d’Alex Vizorek… Un bon mix d’humour malin et provoc, qui dynamise les interventions des candidats et donne, au final, un divertissement intelligent, qui valorise les gens et montre qu’il reste de la place pour la superbe. On ne ratera pas le documentaire qui suit, Je dis donc je suis, à 23h40, où l’on verra Mathilde Levesque, professeure de français anticonformiste, ouvrir des ados de Seine-Saint-Denis à la liberté de pensée et l’argumentation. Les orateurs de demain, c’est eux. Et ils sont stylés.

Sur le même sujet
Plus d'actualité