Faut pas rêver : des saunas et des rennes

Faut pas rêver a passé une année entière en Finlande, entre neige épaisse et soleil de minuit.

faut_pas_rever_f3

Tous les Finlandais le disent: leur pays est une aventure en soi. Pas forcément sa capitale Helsinki, qui sommeille sur la côte sud et ne constitue qu’un point de départ. Non, c’est la traversée qui ressemble à une épopée, tant les paysages se transforment au fil des kilomètres… et des saisons. La présentatrice de Faut pas rêver, Carolina de Salvo, évoque ainsi la « découverte de deux pays différents: l’un couvert de neige durant près de huit mois, et l’autre où la nature se réveille. » Pour réaliser le documentaire diffusé ce lundi, son équipe a arpenté la Finlande durant une année entière. Le résultat est à la fois copieux et passionnant. Une occasion parfaite pour constater que cette nation d’à peine cinq millions d’âmes – l’une des plus faibles densités du continent européen – a beaucoup plus à proposer que des aurores boréales ou des contes de Noël…

Le magazine ne déroge pas à son principe: les rencontres servent de guides au récit. On croise ainsi la route de Veikko, un pêcheur solitaire qui passe des heures entières sur les berges du lac Inari, même quand le ciel arbore une nuit éternelle et que les températures affichent – 25 °C. On fait aussi la connaissance de Johanna, championne du monde de plongée… sous la glace – oui, ça existe – et qui raconte ce qui l’attire vers le monde du silence. On rencontre également Philippe, un Antillais marié à une Finlandaise, dont le plaisir consiste à attendre l’été pour se réfugier dans un « mökki », ces cabanes en bois plantées en pleine nature, souvent au bord d’un lac, et que chaque habitant du pays rêve de posséder. Il y aussi Seija, star locale de la course de rennes. Mais aussi des amoureux de tango, ou bien sûr des adeptes incurables de ce bon vieux sauna, dénominateur commun d’un peuple bien plus chaleureux qu’il n’y paraît…

Sur le même sujet
Plus d'actualité