Pièces à conviction: la vieillesse en faillite

Pièces à conviction livre une enquête inédite sur la prise en charge des personnes âgées en France

 

piece_conviction_fr3

Les mains tremblent, la mémoire flanche, la vue se brouille et les hanches rouillent. Personne n’échappe à la vieillesse. Ces symptômes peuvent impliquer une prise en charge de la personne âgée. Une question se pose: faut-il garder mamie à la maison ?

Sombre est le tableau pour les aidés comme pour les aides soignants. En France, près de 1,4 million de seniors dépendants vivent chez eux. La moitié d’entre elles bénéficie d’aides publiques. Du côté des EPHAD, ces établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, les places manquent et les conditions d’accueil se révèlent parfois scandaleuses. Le personnel, débordé et épuisé, crie au secours.

Chaque année, cinq milliards d’euros sont dépensés en service d’aide aux personnes âgées. Des budgets vieillesse qui vont être revus à la baisse dans de nombreux départements, au grand dam des petites pensions. Tous les portefeuilles ne sont pas égaux face aux coûts qu’atteignent certains services. Alors que les associations d’aide à domicile peinent à financer des soins de qualité, les entreprises privées tirent leur épingle du jeu. Un marché lucratif dont les bénéfices peuvent se payer en conditions de travail déplorables et en prise en charge lamentable.

Pour faire le point sur la situation, la journaliste Céline Chassé a fait le tour de la France d’Amiens au Mans, de Quimper à Longwy, de Saint-Étienne à Metz. Elle s’est même rendue au Danemark, un pays pilote dans la prise en charge du troisième âge.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité