Le monde en face: l’enfant de tous les possibles

Le monde en face, comme Envoyé spécial, aborde cette semaine le sujet qui remue l’Hexagone: la parentalité. 

enfant_belgaimage-27677470-full

Cet automne, Marc-Olivier Fogiel était le premier people à parler ouvertement de la gestation pour autrui (GPA). Dans son livre, Qu’est-ce qu’elle a, ma famille?, l’animateur explique comment il est devenu papa à deux reprises, en faisant appel au don d’ovocyte et à une mère porteuse. Pavé dans la mare. Si, chez nous, la GPA est tolérée, en France, elle demeure interdite par la loi de 1994. Et le Comité Consultatif national d’Éthique a récemment réitéré son opposition à toute légalisation. “Un papa, une maman” reste la devise de la fille aînée de l’église, pour le coup davantage que “Liberté, égalité, fraternité”. La conséquence de l’interdiction, c’est tout le sujet du reportage d’Envoyé Spécial: Bébés sur Internet, le marché clandestin* (jeudi 31 à 21h00 sur France 2). Les équipes y montrent comment des familles s’embarquent dans des recherches compliquées, des engagements sans garanties. On y voit les rendez-vous sur les parkings, à la sauvette, le processus non encadré, les tractations financières, les arnaques aussi. Voilà pour le côté obscur.

Marina Carrère d’Encausse, elle, aborde le temps d’une soirée la réalité nouvelle de la famille. L’enfant de tous les possibles est construit autour des témoignages et du quotidien de ceux qui sont passés par les chemins de traverse: Isabelle, célibataire, a eu recours à l’insémination artificielle en Belgique; Magali et Jean-Claude, homos, ont opté pour la coparentalité, Anne-Charlotte a fait appel à un donneur de sperme anonyme, Claude et Sébastien ont été jusqu’au Canada pour leur GPA… Et, au bout de ces trajets extraordinaires, ils sont devenus des parents ordinaires, qui donnent de l’amour et des repères, comme tout le monde. L’émission prend clairement position pour la tolérance. C’est ce qui la rend indispensable. 

Plus d'actualité