Science Grand format : mystérieux dessins d’antan

La technologie permettra-t-elle de comprendre l'origine des géoglyphes du désert de Nazca?

nazcas_f5

Elles alimentent tous les fantasmes depuis près d’un siècle. Les lignes qui découpent le désert de Nazca, situé dans le sud du Pérou, restent un mystère absolu pour les archéologues qui se cassent les dents sur des théories toujours plus difficiles à vérifier. Ces géoglyphes ultra-élaborés représentent souvent des animaux, parfois des figures géométriques complexes longues de plusieurs kilomètres et sont, de par leur taille, uniquement visibles du ciel. Les conditions entourant le désert de Nasca, très sec et à l’abri du vent, ont permis à ces dessins rattachés à la civilisation Nazca de traverser les millénaires – la datation situe leur création à une période qui va de – 200 à 600 ans après J.C.

Les théories les plus folles ont entouré le désert de Nazca. Un dessin, ressemblant à s’y méprendre au revêtement d’une piste d’atterrissage, a particulièrement fait rêver ceux qui voient des ovnis partout. Celui qui a découvert les figures de cette ancienne civilisation péruvienne, Paul Kosok, estimait lui qu’il s’agissait avant tout d’un moyen d’identifier les saisons et de mettre au point un calendrier astronomique. Des chercheurs ont également relié la création de ces lignes à des repères servant à localiser les sources d’eau, extrêmement rares dans le désert. Et pourquoi n’auraient-elles pas tous ces usages à la fois? Quoi qu’il en soit, une équipe d’archéologues venus des quatre coins du monde, dont les fouilles ont récemment sorti de terres des momies, des tissus et de drôles de crânes allongés, retourne sur place pour un périple passionnant. Et ils sortent les grands moyens. Analyses ADN, recours aux isotopes, au scanner, aux microscopes 3D et à la réalité augmentée, tout est bon pour enfin comprendre les histoires que cachent ces énormes géoglyphes. Et surtout, savoir à qui ils s’adressent.

Plus d'actualité