Coupe de Belgique Demi-finale : Malines/Union Saint-Gilloise

Fait rare, deux équipes de Division 2 s’affrontent dans une demi-finale de la Coupe de Belgique. Dont l’Union Saint-Gilloise, qui a réalisé l’exploit d’éliminer Anderlecht et Genk.

foot_niakate_belgaimage-140625341-full

En marge d’un championnat devenu prenant, avec ses quarante matchs annuels, la Coupe de Belgique, bien qu’elle reste un trophée et le chemin le moins alambiqué pour se qualifier en Coupe d’Europe a, dans un passé récent, souvent été sous-estimé par les meilleurs: cette année encore, pas une des six équipes du Top 6 – soit, à l’heure d’écrire ces lignes, Genk, Bruges, Antwerp, Anderlecht, le Standard et Saint-Trond –, n’a su se hisser en demi-finale, seul stade à se disputer en aller et retour.

Une absence qui profite aux “autres”, et indirectement, mène à la naissance de contes de fées, comme celui que vit l’Union Saint-Gilloise de Niakate (photo), pour le plus grand bonheur de sa large communauté de fans. Pour atteindre les demi-finales, le pensionnaire de Divison 1B – l’actuelle D2 – s’est défait d’Anderlecht (0-3 à l’extérieur!) et de Genk, leader de la Division 1. Mais Malines, son adversaire du jour – une autre équipe de D2, qu’elle domine – n’est pas en reste, tombeur de trois clubs de D1: Antwerp, Lokeren et Courtrai. Pour les Unionistes, ce tirage reste pourtant le moins défavorable dans l’espoir de rejouer leur première finale depuis 1914, année de leur deuxième sacre. L’autre demi, jouée jeudi, concerne, elle, Gand et Ostende.

Mais venir à bout des expérimentés malinois (sept sont ou ont été internationaux, dont le Belge De Camargo, le Bosnien Cocalic ou le Suédois Engvall) sera ardu: favoris à une remontée directe en D1, les Flamands entendent faire oublier leur implication dans le Footgate et glaner à leur tour une deuxième Coupe, après celle de 1987.

Plus d'actualité