Le pont du Diable

Élodie Frenck mène l'enquête à Saint-Guilhem-le-Désert, marqué par une légende diabolique.

pont_du_diable_belgaimage-91419471

Franck Livarois, berger dans la région de Saint-Guilhem-le-Désert, fait une découverte macabre: André Savignac, maire de la commune, s’est pendu sur le pont du Diable. C’est en tout cas ce qu’on a voulu faire croire. Car, très vite, les analyses scientifiques révèlent que l’homme avait de la scopolamine dans le sang. Cette drogue lui a ôté toute résistance lors des faits. Mais qui a commis ce crime, dans une contrée où seule une vieille légende inquiète les superstitieux? On raconte en effet que c’est Satan en personne qui fabriqua ce pont indestructible avant d’être dupé par les mortels et de se précipiter dans les flots au-dessous de sa création. Mais, comme chacun s’accorde à dire que le Diable ne peut avoir commis ce crime, Marina Fazergues, Capitaine au SRPJ de Montpellier et Philippe Charras, chef de la gendarmerie locale collaborent pour trouver l’assassin.

Ces deux personnalités complémentaires ne tardent pas à découvrir des lettres suspectes dans le bureau du maire. Ont-elles un lien avec sa mort? Le pont du Diable est un téléfilm policier classique mais efficace et tourné dans des lieux magnifiques. La production est surtout l’occasion d’exploiter le talent d’Élodie Frenck. Ce nom ne vous est peut-être pas familier mais le visage de l’actrice, en version blonde peroxydée, ne vous sera sans doute pas inconnu. La comédienne incarne, depuis 2013, la truculente Marlène dans Les petits meurtres d’Agatha Christie. Visiblement, elle a ainsi acquis la confiance de France Télévisions. Celle qui n’incarnait au départ qu’un personnage secondaire a, au fil des épisodes, gagné sa place en tant qu’incontournable de la série. On l’a également vue en 2018 dans Capitaine Marleau, dans un rôle secondaire. La voilà enfin, tout début 2019, au premier plan. En attendant d’autres têtes d’affiche?

Plus d'actualité